•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vacanciers à mobilité réduite tournent le dos au Nouveau-Brunswick

Un homme marche sur une passerelle à la plage à l'aide d'une canne.

Le ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture reconnaît qu'il y a du travail à faire pour rendre les attractions touristiques plus accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Photo : Radio-Canada / Paul Landry

Radio-Canada

Plusieurs lieux touristiques au Nouveau-Brunswick ne sont pas suffisamment adaptés aux personnes handicapées ou âgées, selon des intervenants qui dénoncent la situation et demandent aux autorités d'agir.

Le problème est si criant que certains vacanciers renoncent à visiter la province parce qu'ils ne pourront pas profiter de certaines attractions touristiques.

Les représentants de l’organisme Capacité Nouveau-Brunswick affirment avoir reçu plus de 200 appels depuis le début de l’été au sujet de l'inaccessibilité d’attractions touristiques.

On a beaucoup de personnes qui veulent venir pour faire les touristes, pour faire les vacances, toutes sortes du Maine, de Colombie-Britannique, de l'Ontario, mais quand on parlait du transport qui existe et des sites accessibles, des fois, c'est l'information qui n'est pas très claire, explique Haley Flaro, directrice de Capacité Nouveau-Brunswick.

Beaucoup de personnes ont des inquiétudes qu'ils n'y aient pas de transport, de logement et tout ça pour avoir de bonnes vacances ici.

Haley Flaro, directrice de Capacité Nouveau-Brunswick

Marissol Benoit, résidente de Moncton, se déplace en fauteuil roulant. Trop d’obstacles l’empêchent de voyager dans la province et de profiter des mêmes activités que les autres citoyens.

Je me sens isolée un peu parce que je suis vraiment limitée par où je peux me rendre seule, affirme la jeune femme.

Elle comprend que des touristes refusent de voyager au Nouveau-Brunswick cette année.

Mettons que Moncton à Miramichi, je ne peux pas parce qu'il n’y a pas d'autobus qui va là. Il y a le train. Comme moi, si je veux aller à Bathurst ou à Tracadie, je prends le train. Puis, ça commence à coûter cher, raconte Marissol Benoit.

Son amie Natalie Fougère, malvoyante et aussi résidente de Moncton, croit qu’il faut investir davantage dans le marché du tourisme accessible. Elle et Marissol Benoit partagent les mêmes défis.

Natalie Fougère et Marissol Benoit se déplacent dans une rue de Moncton.

Natalie Fougère et Marissol Benoit croient qu’il faut investir pour rendre le tourisme plus accessible aux personnes à mobilité réduite.

Photo : Radio-Canada / Paul Landry

C'est quelque chose de très triste parce qu'au Nouveau-Brunswick, on a quand même de beaux paysages et de belles attractions touristiques, indique Natalie Fougère.

Tous devraient avoir les mêmes chances de profiter des petites joies de la vie, ajoute-t-elle. Tout le monde devrait avoir une chance égale de visiter les différents endroits.

Des vacanciers à mobilité réduite tournent le dos au Nouveau-Brunswick

Le gouvernement reconnaît le problème

Le ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture de la province se dit conscient qu'il reste encore beaucoup de travail à faire pour rendre les destinations touristiques du Nouveau-Brunswick accessibles aux aînés et aux personnes à mobilité réduite.

En attendant de meilleurs investissements pour se transporter aux quatre coins de la province, Natalie Fougère et Marissol Benoit ont leur propre technique pour se déplacer avec efficacité.

Moi, je suis ses yeux, et elle, c'est mes jambes. C'est vraiment comique, hein? C'est tout le temps ce qu'on dit, s’exclame Marissol, en compagnie de sa grande amie, Natalie.

D’après un reportage de Francis Pilon

Nouveau-Brunswick

Tourisme