•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La houblonnière du Ruisseau Vert cesse ses activités à Maria

Du houblon

La Ferme du Ruisseau Vert comptait 1500 plants de houblon de 10 variétés différentes en culture

Photo : Radio-Canada

La Gaspésie perd l'une de ses deux houblonnières. La Ferme du Ruisseau Vert, à Maria, cesse la production de son houblon certifié biologique, après 5 ans de commercialisation.

Dans les champs de la route des Grives, le système de câblage aérien nécessaire à la croissance des 1500 plants de houblon est déjà démantelé et les hauts poteaux qui le soutenaient ont presque tous été extraits du sol. Une partie des champs a déjà été labourée. Aucun doute, l'aventure de la Ferme du Ruisseau Vert est terminée.

Une pile de poteaux de bois devant un champ

La plupart des poteaux qui retenaient la structure nécessaire à la culture du houblon, une plante grimpante, ont déjà été sortis du sol.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Les propriétaires, Sarah Auger et Sébastien Cyr, expliquent cette fermeture d’abord par des raisons personnelles et familiales.

On a évolué dans nos projets de vie, explique Sarah Auger. On a eu un troisième enfant et Sébastien est devenu plus impliqué dans son autre compagnie.

Ça commençait à nous peser plus qu'à nous faire du bien d'avoir ce projet-là, donc on a pris la décision d'arrêter la culture.

Sarah Auger, copropriétaire de la Ferme du Ruisseau Vert
Sarah Auger, propriétaire de la houblonnière de la Ferme du ruisseau vert à Maria.

Sarah Auger, copropriétaire de la houblonnière de la Ferme du Ruisseau Vert à Maria (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Des défis financiers

La copropriétaire admet aussi que son entreprise était loin de rouler sur l’or, bien qu’elle n’ait jamais été déficitaire.

On mettait beaucoup de cœur à l'ouvrage, lance Mme Auger, mais on ne pouvait pas se payer nos heures. Donc, c'était pratiquement un travail bénévole pendant toutes ces années.

Une bénévole s'affaire à 6 mètres de hauteur pour récolter le houblon à la Ferme du Ruisseau Vert de Maria

De nombreux bénévoles étaient appelés en renfort durant la récolte à la Ferme du Ruisseau Vert (archives septembre 2016).

Photo : Radio-Canada/Isabelle Larose

La certification biologique de la ferme n’a pas nécessairement changé la donne puisque la réglementation en vigueur permet aux microbrasseries d’incorporer 5 % d’ingrédients non biologiques dans une bière certifiée.

Le houblon constitue rarement plus de 5 % d'une bière, précise Sarah Auger. Même dans les bières biologiques, le houblon n'est pas nécessairement biologique. Donc, c'est difficile de justifier notre prix plus élevé auprès des microbrasseries.

Le houblon québécois boudé

Sarah Auger estime aussi que le monde brassicole a énormément changé depuis le moment où elle a mis ses premiers plants de houblon en terre en 2012.

Au début de notre projet, explique-t-elle, c'était "let’s go" le houblon québécois. L'Association des microbrasseries du Québec disait qu'elle voulait s'approvisionner 100 % en houblon québécois d’ici 2017, mais ça a changé en cours de route.

Le consommateur veut des bières avec tel type de houblon qui ne pousse pas au Québec.

Sarah Auger, copropriétaire de la Ferme du Ruisseau Vert

Ce qui est tendance, poursuit Sarah Auger, c’est de faire des bières éphémères et de ne pas avoir des recettes stables avec des variétés de houblon fixe. Cela complique la rentabilité d'une culture parce que le houblon est une plante vivace qui atteint son plein potentiel après 3 ans.

La façade la microbrasserie Le Naufrageur durant l'été

La microbrasserie Le Naufrageur constituait le principal client de la Ferme du Ruisseau Vert.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La microbrasserie Le Naufrageur de Carleton-sur-Mer était le principal acheteur de la Ferme du Ruisseau Vert. La fermeture de la houblonnière attriste le copropriétaire Philippe Gauthier qui admet que les modes peuvent nuire à des approvisionnements d’ingrédient locaux.

Par exemple, explique M. Gauthier, les India Pale Ale (IPA) de type New England, qui sont très à la mode et très houblonnées, souvent elles sont faites avec des houblons qui ont des saveurs tropicales, donc ce sont des houblons qui viennent de la côte ouest américaine, de l'Australie ou la Nouvelle-Zélande.

Bien que Le Naufrageur achetait annuellement du houblon de la Ferme du Ruisseau Vert, M. Gauthier mentionne que la microbrasserie a dû revoir ses sources d'approvisionnements pour répondre aux besoins des consommateurs.

Une photo de verres de bière en gros plan.

Les bières aromatisées avec des houblons tropicaux sont très recherchées par les consommateurs.

Photo : CBC

La Ferme du Ruisseau Vert continuera tout de même de produire le « Houblon pétillant », une eau pétillante aromatisée au houblon embouteillée au Naufrageur. Pour ce faire, l'achat de houblon est envisagé lorsque les stocks restants seront écoulés.

Une seule houblonnière demeure active en Gaspésie. Il s’agit de la Houblonnière Bout d’Ligne également situé à Maria. L’entreprise fondée en 2017 a racheté une partie du système de câblage de la Ferme du Ruisseau Vert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !