•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Naufrage dans le fleuve : « Il y avait des vagues énormes », témoigne un rescapé

Robert Ferguson est filmé près d'un boisé où il s'exprime à la caméra.

Robert Ferguson avait sa veste de flottaison quand son embarcation a chaviré et a pu être secouru, contrairement à l'homme qui l'accompagnait.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver un homme qui a disparu dans le fleuve Saint-Laurent lundi matin, près de l’île au Diable, au sud-ouest de l’île de Montréal. Le cœur gros, Robert Ferguson, le pêcheur qui l’accompagnait lorsque leur embarcation a chaviré et qui a pu être secouru, témoigne de l’accident.

À peine sorti de l'hôpital et toujours ébranlé par les événements de la veille, Robert Ferguson tient à participer aux recherches pour retrouver l’homme qui a sombré avec lui dans les eaux tourmentées du Saint-Laurent.

« Moi, ça va, mais c’est plutôt la famille... », lance-t-il les larmes aux yeux et la voix chevrotante.

Les deux hommes ne se connaissaient pas. Robert Ferguson, propriétaire du bateau, explique avoir voulu aider cet inconnu qui s’était présenté à lui et voulait se rendre sur une île avoisinante pour retrouver son drone.

« Il m’a demandé si j’étais capable de lui donner un lift. Il voulait aller sur la petite île en face, raconte-t-il. Je lui ai dit pas de problème. Mais quand je suis arrivé à la petite île, il m’a dit : "Non, ce n'est pas celle-là, c’est l’autre". Il parlait en fait de la grande île qui est plus loin, l’île au Diable. Et là, je me suis dit que c’était pas mal [difficile] par là-bas. Mais il m’a dit qu’il l’avait souvent fait et qu’il n’y avait pas de problèmes. »

Le pêcheur explique qu’à ce moment-là il a eu envie de rebrousser chemin, parce qu'il y avait beaucoup de vagues et que les courants étaient forts.

« Il y avait des vagues énormes, poursuit-il. Je cherchais un moyen de retourner. Quand on est arrivés à 50 mètres de l’île, là, les [courants] qui viennent de chaque bord de l’île ont formé un trou sous le bateau. C’était comme une main qui a levé le bateau et l’a retourné. »

M. Ferguson portait une veste de flottaison, mais pas son passager.

« La dernière fois que je l’ai vu, il était sous le bateau et il me parlait », explique-t-il.

Le pêcheur décrit ensuite avoir été ballotté par les flots et avoir avalé beaucoup d’eau.

« Quand je me suis retourné, il n’était plus sous le bateau. Je ne sais pas ce qui s’est passé », ajoute-t-il avec gravité.

À l’arrivée des secours, le pêcheur, souffrant d’hypothermie, a été transporté à l'Hôpital Anna-Laberge, à Châteauguay, où il a été gardé sous surveillance pendant 24 heures.

« J’ai donné [aux autorités] la position exacte où on était, assure-t-il. Je crois qu’ils ont retrouvé ma chaloupe », souligne celui qui compte rester sur les lieux pour participer à la vaste opération lancée par la Garde côtière et les policiers pour tenter de retrouver l’homme tombé à l’eau.

Une berge, un homme assis sur la rive et des embarcations amarrées à un quai.

Le bateau du pêcheur, qui a chaviré lundi matin, a été retrouvé mardi.

Photo : Radio-Canada / Karine Bastien

Avec les informations de Karine Bastien

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.