•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Naufrage dans le fleuve : « Il y avait des vagues énormes », témoigne un rescapé

Robert Ferguson est filmé près d'un boisé où il s'exprime à la caméra.

Robert Ferguson avait sa veste de flottaison quand son embarcation a chaviré et a pu être secouru, contrairement à l'homme qui l'accompagnait.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver un homme qui a disparu dans le fleuve Saint-Laurent lundi matin, près de l’île au Diable, au sud-ouest de l’île de Montréal. Le cœur gros, Robert Ferguson, le pêcheur qui l’accompagnait lorsque leur embarcation a chaviré et qui a pu être secouru, témoigne de l’accident.

À peine sorti de l'hôpital et toujours ébranlé par les événements de la veille, Robert Ferguson tient à participer aux recherches pour retrouver l’homme qui a sombré avec lui dans les eaux tourmentées du Saint-Laurent.

« Moi, ça va, mais c’est plutôt la famille... », lance-t-il les larmes aux yeux et la voix chevrotante.

Les deux hommes ne se connaissaient pas. Robert Ferguson, propriétaire du bateau, explique avoir voulu aider cet inconnu qui s’était présenté à lui et voulait se rendre sur une île avoisinante pour retrouver son drone.

« Il m’a demandé si j’étais capable de lui donner un lift. Il voulait aller sur la petite île en face, raconte-t-il. Je lui ai dit pas de problème. Mais quand je suis arrivé à la petite île, il m’a dit : "Non, ce n'est pas celle-là, c’est l’autre". Il parlait en fait de la grande île qui est plus loin, l’île au Diable. Et là, je me suis dit que c’était pas mal [difficile] par là-bas. Mais il m’a dit qu’il l’avait souvent fait et qu’il n’y avait pas de problèmes. »

Le pêcheur explique qu’à ce moment-là il a eu envie de rebrousser chemin, parce qu'il y avait beaucoup de vagues et que les courants étaient forts.

« Il y avait des vagues énormes, poursuit-il. Je cherchais un moyen de retourner. Quand on est arrivés à 50 mètres de l’île, là, les [courants] qui viennent de chaque bord de l’île ont formé un trou sous le bateau. C’était comme une main qui a levé le bateau et l’a retourné. »

M. Ferguson portait une veste de flottaison, mais pas son passager.

« La dernière fois que je l’ai vu, il était sous le bateau et il me parlait », explique-t-il.

Le pêcheur décrit ensuite avoir été ballotté par les flots et avoir avalé beaucoup d’eau.

« Quand je me suis retourné, il n’était plus sous le bateau. Je ne sais pas ce qui s’est passé », ajoute-t-il avec gravité.

À l’arrivée des secours, le pêcheur, souffrant d’hypothermie, a été transporté à l'Hôpital Anna-Laberge, à Châteauguay, où il a été gardé sous surveillance pendant 24 heures.

« J’ai donné [aux autorités] la position exacte où on était, assure-t-il. Je crois qu’ils ont retrouvé ma chaloupe », souligne celui qui compte rester sur les lieux pour participer à la vaste opération lancée par la Garde côtière et les policiers pour tenter de retrouver l’homme tombé à l’eau.

Une berge, un homme assis sur la rive et des embarcations amarrées à un quai.

Le bateau du pêcheur, qui a chaviré lundi matin, a été retrouvé mardi.

Photo : Radio-Canada / Karine Bastien

Avec les informations de Karine Bastien

Grand Montréal

Justice et faits divers