•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tourisme religieux, une solution gagnant-gagnant

Une touriste dans l'allée centrale de la basilique Notre-Dame à Montréal.

Les fidèles boudent peut-être les églises, mais les touristes eux sont au rendez-vous.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Daniel Blanchette Pelletier

Plusieurs institutions religieuses investissent des millions de dollars dans leurs installations au Québec pour attirer les touristes et séduire de nouveau leurs fidèles.

La canonisation du frère André, le bâtisseur de l’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, en 2010, a donné le coup d’envoi à une vague touristique dans la province.

Puis, l'un après l’autre, l’Autochtone Kateri Tekakwitha, Marie de l'Incarnation et François de Laval ont à leur tour été proclamés saints.

Ces quatre canonisations ont insufflé un vent de renouveau au tourisme religieux. Tout d’un coup, il y a eu un engouement au Québec, raconte Anne Godbout, de Spiritours.

On a eu une grosse demande, surtout des groupes de la France qui voulaient venir en Nouvelle-France pour découvrir ces nouveaux saints, poursuit la directrice générale et fondatrice de l’agence spécialisée dans les voyages de ressourcement.

Vue en contre-plongée de la façade de la basilique-cathédrale.

Après quatre canonisations en autant d’années et l’ouverture de la porte sainte à la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, le tourisme religieux a connu un boom au Québec.

Photo : Radio-Canada / Sebastien Vachon

L’ouverture de la seule porte sainte hors de l’Europe, à la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, à deux reprises depuis 2013, a aussi séduit de nombreux touristes.

Tout le monde a commencé à parler de tourisme religieux et spirituel, comme quoi il y avait du potentiel au Québec.

Anne Godbout, Spiritours

En 2015, on s’attendait même à ce que le tourisme religieux double en cinq ans.

La porte sainte vue de l'intérieur.

La porte sainte de la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec a été fermée en novembre 2016. Elle doit rester scellée jusqu'en 2025.

Photo : Radio-Canada / Sebastien Vachon

L’agence Spiritours, fondée en 2003, a profité de cet engouement, mais celui-ci n’est plus aussi fort aujourd’hui, estime Anne Godbout. On sent un essoufflement, confie-t-elle.

Des événements majeurs qui sont très ponctuels, comme les canonisations, ça mobilise beaucoup de monde dans un espace de temps assez restreint, affirme Valérie Massalaz, de l'agence Voyages Inter-Missions. Ça peut aussi fausser la perception.

Elle estime au contraire que la demande est toujours au rendez-vous. C’est en augmentation constante, assure Valérie Massalaz, qui se base sur ses observations à Inter-Missions, fondée il y a 30 ans.

Petit à petit, on a vu le nombre de pèlerins étrangers désireux de connaître les sanctuaires québécois augmenter, poursuit-elle. Ça a été croissant par rapport à la clientèle de pèlerins québécois qu’on envoie plutôt à l’extérieur.

Il y a aujourd’hui presque autant de visiteurs étrangers qui approchent l’agence pour visiter les sites religieux d’ici que de Québécois qui veulent aller en voir d'autres ailleurs dans le monde.

Investir dans le religieux

L’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, à Montréal.

L’oratoire Saint-Joseph est un monument touristique d’envergure au Québec, avec environ 2 millions de visites annuellement.

Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Près d’un touriste sur cinq qui visite Montréal s’intéresse au patrimoine religieux, selon un récent sondage effectué par Tourisme Montréal.

L’organisation avait pourtant délaissé ce secteur à la fin des années 60. On avait un peu oublié le patrimoine religieux, admet Pierre Bellerose. Et c’est la canonisation du frère André en 2010 qui nous a réveillés.

Environ 11,5 millions de touristes visitent la métropole chaque année. Le responsable de la démarche du tourisme religieux à Tourisme Montréal croit que le potentiel est énorme.

Il y a des momentums. Là, on est plus dans la lancée. Mais il faut travailler, parce que, effectivement, on n’a pas de canonisations spectaculaires chaque année.

Pierre Bellerose, Tourisme Montréal
Une photo du frère André sur la façade de l’oratoire.

La canonisation du frère André, le bâtisseur de l’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, en 2010, a donné le coup d’envoi à la vague touristique.

Photo : La Presse canadienne / NATHALIE DUMAS

Néanmoins, les cinq sanctuaires nationaux attirent plus de 4 millions de visiteurs annuellement. Ils investissent d’ailleurs dans leur offre pour moderniser leurs installations et séduire une nouvelle clientèle.

L’oratoire Saint-Joseph, par exemple, s’offre une cure de jouvence de près de 110 millions de dollars, qui passe notamment par l’aménagement d’un centre d’observation au sommet du dôme et un espace muséal amélioré.

Le sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, à Trois-Rivières, qui attire en moyenne 430 000 visiteurs chaque année, investit 44,3 millions pour construire un centre d'accueil, une esplanade et une promenade sur les berges du fleuve Saint-Laurent.

Une fois les travaux achevés, le sanctuaire prévoit presque doubler son achalandage, et rejoindre autant de visiteurs que dans ses meilleures années, il y a 20 ans.

Le sanctuaire Notre-Dame-du-Cap comprend, entre autres, un édifice en pierre grise qui est considéré comme une basilique mineure.

Le sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, à Trois-Rivières, espère rejoindre une clientèle plus large et diversifiée avec son projet de restauration.

Photo : Radio-Canada

Ces investissements ne se font pas parce que les paroissiens ont besoin d’institutions renouvelées, explique Pierre Bellerose. [Ils sont plutôt justifiés par] un discours économique et touristique, surtout quand il y a de l’argent public.

C’est la question du tourisme religieux qui justifie ces investissements-là. Et ça amène un gain économique autant à la région, qu’à l’institution religieuse.

Pierre Bellerose, Tourisme Montréal

Hors des sentiers battus

À l’ermitage Saint-Antoine de Lac-Bouchette, au Saguenay Lac-Saint-Jean, où le nombre de touristes augmente aussi, un investissement plus modeste de 3,1 millions de dollars a permis de rénover les installations et de développer un spectacle multimédia immersif.

Origine a été lancé le mois dernier avec l’objectif avoué d’attirer une nouvelle clientèle.

Quelqu’un m’a dit après le visionnement : “mais quelle belle façon d’évangéliser”, raconte le père France Salesse, recteur de l’ermitage Saint-Antoine. On se sert de la technologie pour faire réfléchir, et développer des comportements et des attitudes qui favorisent le respect de l’environnement.

Des spectateurs assistent au spectacle Origine.

Avec son spectacle Origine, l’ermitage Saint-Antoine de Lac-Bouchette, au Saguenay Lac-Saint-Jean, se décrit comme le premier sanctuaire à marier spiritualité, nature et technologie.

Photo : Radio-Canada

Avec ce spectacle, l’ermitage est devenu le premier sanctuaire en Amérique du Nord à marier spiritualité, nature et technologie. Et la plupart des visiteurs s’y rendent pour des motivations religieuses, assure le père Salesse.

C’est une recherche spirituelle. Ce sont des gens qui ont besoin d’une meilleure connaissance d’eux-mêmes, d’un sens à la vie ou d’une quête de Dieu, qu’ils peuvent trouver ici grâce à l’environnement splendide que nous avons, poursuit le religieux.

Le sentier Notre-Dame de Kapatakan de l'ermitage, un pèlerinage de 215 kilomètres, est d’ailleurs considéré comme le Compostelle québécois. Il attire des touristes du Québec, mais aussi d’ailleurs au Canada et de l’étranger.

Par la pierre ou par la foi

Une femme allume un lampion.

De la foi à l’histoire, l’architecture et la culture, les motifs sont nombreux pour s’intéresser au patrimoine religieux.

Photo : Radio-Canada / IVANOH DEMERS

Mais le tourisme religieux au Québec est loin de n'intéresser que les plus fervents croyants.

En réalité, près de 80 % de ces touristes sont plutôt motivés par un intérêt culturel, historique ou architectural.

Évidemment, pour les institutions religieuses, c’est une clientèle importante, juge Pierre Bellerose, de Tourisme Montréal.

Avec la baisse du nombre de fidèles, la croissance dans la fréquentation des institutions religieuses repose sur le tourisme, poursuit-il. Et c’est gagnant-gagnant, selon lui.

Le tourisme religieux est en plein développement, en pleine réorganisation. Ça augure très bien pour l’avenir, appuie Siham Jamaa, chercheuse et auteure de deux guides de voyage sur le tourisme religieux au Québec.

On réalise de plus en plus que c'est un produit touristique, croit-elle. Les espaces doivent être pensés et réorganisés pour pouvoir accueillir les visiteurs et leur donner une belle expérience de visite.

Des visiteurs passent devant la basilique.

La basilique Notre-Dame, à Montréal, a renouvelé son offre touristique avec le spectacle multimédia AURA.

Photo : Radio-Canada / IVANOH DEMERS

Pour sauvegarder le patrimoine religieux, il est nécessaire de s’ouvrir à un public plus large. L'aspect technologique doit aussi faire partie du calcul, selon Siham Jamaa.

Comme à l’ermitage Saint-Antoine, la basilique Notre-Dame de Montréal mise sur le spectacle multimédia AURA depuis deux ans pour renouveler l’expérience touristique.

Le spectacle AURA ouvre la porte de la basilique à des touristes un peu plus “généralistes”, qui n’y vont pas forcément pour la foi, mais pour aller découvrir l’art. C’est un bijou architectural, un chef-d'oeuvre, rappelle l’experte.

Valoriser la basilique Notre-Dame de Montréal en lumières et en sons la rend plus accessible à un public beaucoup plus large.

Siham Jamaa, auteure et chercheuse en tourisme religieux

Montréal, ville aux cent clochers

Les fidèles montent à genoux les marches menant à la basilique de l'oratoire Saint-Joseph.

Troisième plus grand oratoire au monde, l'oratoire Saint-Joseph attire autant les touristes que les fidèles les plus dévoués.

Photo : Getty Images / AFP

Le patrimoine religieux s’impose aussi plus que jamais dans les circuits touristiques.

Le Québec compte en effet plus de 200 attraits religieux d’importance, dont un grand nombre d’églises autant en région qu’en ville.

La localisation de la basilique Notre-Dame, par exemple, en fait vraiment un attrait touristique. Elle fait partie de la visite du Vieux-Montréal, explique Siham Jamaa. C’est certain que beaucoup de touristes vont la visiter.

Le principe s’applique aussi à la basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal.

La basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal.

Comme la basilique Notre-Dame, la basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde fait partie des circuits touristiques montréalais.

Photo : CBC News / Louis-Marie Philidor

La majorité des touristes motivés par la religion visitent aussi d’autres attraits touristiques, et vice versa.

Les gens ne viennent pas forcément que pour une seule expérience, note Valérie Massalaz de Voyages Inter-Missions. On s’adapte à toutes sortes de demandes. Il y a des gens qui ne veulent que des sanctuaires, et qui ne veulent pas nécessairement de tours de ville. Mais d’autres qui veulent aussi toute une expérience culturelle et historique.

Et celle-ci passe souvent par la religion, rappelle Pierre Bellerose, de Tourisme Montréal.

Il faut comprendre que les artisans et artistes québécois du 19e siècle ne se retrouvent pas dans les musées, explique-t-il. Architectes, peintres, artisans du vitrail... c'est dans les églises qu’on peut voir le foisonnement culturel du Québec!

Même les touristes chinois, qui voyagent en groupe organisé, font le détour pour admirer l’oratoire ou les basiliques de la province, confie-t-il.

Une association pour centraliser les efforts

Des fidèles se recueillent devant Saint-André, à l’oratoire Saint-Joseph.

Le patrimoine religieux est un incontournable, toutes destinations touristiques confondues.

Photo : Getty Images / AFP

De l’engouement pour le tourisme religieux est née une association, le Regroupement des sanctuaires nationaux du Québec qui, à ses débuts en 2009, comptait neuf membres, dont les principaux sanctuaires de la province.

Le regroupement s’est transformé au fil des ans et est devenu, en décembre dernier, l’Association du tourisme religieux et spirituel du Québec.

L’intention est bien là, de maintenir en état et de développer l’aspect touristique, note le président de son conseil d’administration, Michel Couturier.

Ce qu’on vise d’abord, c’est l’aspect tourisme religieux et spirituel, enchaîne-t-il. Et le patrimoine est évidemment un centre d’intérêt majeur pour les visiteurs qui viennent d’ailleurs au Québec.

C’est un produit touristique qu’on peut qualifier de classique, puisque ça fait partie de l'aspect patrimonial. Mais c’est vraiment la modernisation de l’offre qui se produit.

Michel Couturier, Association du tourisme religieux et spirituel du Québec

L’association regroupait à sa création 25 membres. Ils sont maintenant plus de 40 à promouvoir de concert le tourisme religieux. L’objectif de Michel Couturier est de rassembler 50 membres d’ici la fin de l’année.

Une femme prie.

Après le christianisme, l’Association du tourisme religieux et spirituel du Québec veut rejoindre les autres religions susceptibles d’attirer les visiteurs dans la province.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Sa mission première est de rejoindre le marché étranger, comme les États-Unis, l’Amérique latine et l’Europe, où la religion reste bien ancrée dans les traditions.

Mais on veut aussi sortir strictement des sanctuaires catholiques, parce qu’il y a aussi l'aspect judaïque et anglican au Québec qu’on veut intégrer au sein de l’association, explique Michel Couturier.

Le Québec compte plus de 3000 sites de patrimoine religieux, dont au moins 2750 lieux de culte, toutes religions confondues.

Les principales attractions religieuses du Québec

  • le sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré, près de Québec, est le plus vieux lieu de pèlerinage d’Amérique du Nord;
  • la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec est notamment connue pour sa porte sainte et sa crypte historique;
  • l'oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, à Montréal, est la plus grande église canadienne;
  • le sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, près de Trois-Rivières, est l’un des plus grands lieux de culte consacrés à Marie;
  • l'ermitage Saint-Antoine de Lac-Bouchette, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, permet les retraites spirituelles;
  • la basilique Notre-Dame de Montréal, dont les fresques racontent l’histoire de la métropole;
  • la basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal, est une réplique à échelle réduite de la basilique Saint-Pierre du Vatican;
  • l'église de Notre-Dame-des-Victoires, à Québec, est la plus vieille église d’Amérique du Nord;
  • la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours de Montréal, où repose sainte Marguerite Bourgeoys.
     

*Selon le Religious Travel Planning Guide

Qui sont les saints du Québec?

  • Jean de Brébeuf, Isaac Jogues et leurs compagnons, les saints martyrs Canadiens, ont été les premiers à être canonisés en 1930;
  • Marguerite Bourgeoys, cofondatrice de Montréal et fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame, est sainte depuis 1982;
  • la fondatrice des Soeurs de la Charité, les « Soeurs grises », Marguerite d’Youville, a été canonisée en 1990;
  • le frère André, bâtisseur de l’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, est saint depuis 2010;
  • canonisée en 2012, Kateri Tekakwitha est la première sainte autochtone d’Amérique;
  • Marie de l’Incarnation, la fondatrice des Ursulines de Québec, et François de Laval, le premier évêque de Québec, ont été les derniers canonisés au Québec en 2014.

Croyances et religions

Société