•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Legault plaide pour une autonomie accrue des provinces

Les deux hommes devant des danseurs en tenues traditionnelles.

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations Perry Bellegarde parle avec le premier ministre du Québec François Legault, lors de la première journée du Conseil de la fédération.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

À sa première participation au Conseil de la fédération, qui débutait mardi, le premier ministre québécois François Legault a demandé à Ottawa de lâcher du lest aux provinces en matière d’immigration et d’environnement.

Dès le début de la journée, M. Legault a indiqué qu’il allait militer, lors des rencontres, pour l’augmentation du seuil d’immigrants économiques, qui est actuellement de 60 % au Québec.

Il a aussi ajouté qu’il aimerait que cesse le dédoublement des évaluations environnementales entre le fédéral et le provincial. Il y a un projet de loi C-69 à Ottawa. C’est très important pour l’économie qu’on évite d’avoir deux évaluations environnementales : une à Ottawa et une dans les provinces, a souligné M. Legault.

Ce projet de loi vise à remanier l'évaluation des grands projets énergétiques, en confiant notamment l'évaluation de projets à une nouvelle entité, l'Agence canadienne d'évaluation d'impact. Il ne fait pas l’unanimité au sein des provinces.

Dans sa forme actuelle [C-69] perpétue le double emploi des procédures environnementales. Pire encore, il élargit l'emprise du gouvernement fédéral sur les évaluations environnementales de projets, accentuant les problèmes existants, avait déclaré le ministre québécois de l’Environnement, Benoit Charrette, plus tôt ce printemps.

On voudrait un Canada plus décentralisé, où il y a plus d'autonomie, plus de compétences, plus de poids qui sont donnés aux provinces a résumé M. Legault devant les journalistes présents.

Comme le veut la tradition, la première journée de ce Conseil de la fédération était consacrée à une rencontre des premiers ministres des provinces et territoires avec des chefs autochtones. Ces derniers boycottaient la rencontre depuis plusieurs années, clamant que leurs revendications n’étaient pas suffisamment prises en compte.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, n'assistait pas à la réunion de mardi et Blaine Higgs, du Nouveau-Brunswick, est le seul premier ministre des provinces de l'Atlantique qui était présent. Cependant, les premiers ministres qui n'étaient pas là mardi ont délégué des représentants.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a souligné que c'était la première fois que le Conseil de la fédération visitait une Première Nation dans le cadre de la rencontre annuelle.

Un rapport accablant

La visite, qui a lieu mardi dans la communauté autochtone de Big River, au nord de Saskatoon, a permis d’aborder certains enjeux de santé, d’éducation et de services à l’enfance.

Un rapport publié mardi par l’Assemblée des Premières Nations (APN) révèle notamment que 53 % des enfants vivant dans les réserves sont dans la pauvreté.

Même si le taux au Québec (29 %) est plus enviable que la moyenne du Canada, le premier ministre du Québec, François Legault, a déclaré en mêlée de presse qu'il est temps qu’on dépense plus d’énergie à essayer d’aider ces communautés et qu’on travaille à essayer de mieux coordonner les actions du gouvernement fédéral et des provinces.

Lors du discours qui clôturait la journée, le chef de l’APN, Perry Bellegarde, a souligné l’importance de ce genre de rencontre à l’intérieur et à l’extérieur des réserves, pour briser les barrières et construire un meilleur pays ensemble.

Le premier ministre Scott Moe est assis à une table rectangulaire avec d'autres premiers ministres des provinces et des territoires, mais aussi des représentants des Premières Nations.

En tant qu'hôte du Conseil de la fédération, le premier ministre Scott Moe ouvre une réunion, avec les premiers ministres des provinces et des territoires ainsi que des représentants des Premières Nations.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

En marge du Conseil, le chef conservateur fédéral Andrew Scheer s’est adressé aux premiers ministres des provinces et des territoires afin qu’ils étudient sa proposition de corridor énergétique pancanadien.

En mode préélectoral

Dans une lettre ouverte obtenue par La Presse canadienne, M. Scheer a déploré, entre autres, l'aliénation régionale qui s'intensifie au pays en raison des politiques du premier ministre Justin Trudeau, comme la tarification du carbone.

Dans un discours en mai dernier, M. Scheer avait détaillé sa vision de ce corridor pancanadien, qui permettrait la construction d'oléoducs, de gazoducs et de lignes électriques d'est en ouest.

À son avis, un tel corridor permettrait aux provinces de diriger les ressources naturelles vers de nouveaux marchés, de faire croître l'économie et de créer des emplois partout au pays.

Si les premiers ministres Jason Kenney et Scott Moe, respectivement de l'Alberta et de la Saskatchewan, sont en faveur de ce corridor énergétique, le Québec se fait discret à l'aube des prochaines élections fédérales.

Nous n'avons pas l'intention de commenter les différentes propositions faites par les partis fédéraux et nous ne prendrons pas position dans la prochaine campagne.

Ewan Sauves, attaché de presse du premier ministre François Legault

M. Legault a répété à de nombreuses reprises qu'il n'y a pas d'acceptabilité sociale au Québec pour la construction d'un nouveau pipeline sur son territoire qui transporterait du pétrole. Le seul projet concret dans les livres, rappelle M. Sauves, est le gazoduc qui doit transporter du gaz naturel de l'Alberta jusqu'au Saguenay.

M. Scheer en a aussi profité pour réitérer ses intentions de convoquer une réunion des premiers ministres au cours des 100 premiers jours suivant l'élection d'un gouvernement conservateur et de proposer un nouvel accord de libre-échange entre les provinces.

Le Conseil de la fédération se termine jeudi.

Avec les informations d'Hugo Lavallée et de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique