•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Église Saint-Cœur-de-Marie : la voie de circulation rouverte aux automobilistes

Une rue avec des blocs de béton à gauche

Il n'y aura bientôt plus de contrainte pour les automobilistes sur la Grande Allée, en lien avec la démolition de l'église Saint-Coeur-de-Marie.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Alain Rochefort

Le « mur de la honte » de la Grande Allée a été déplacé de quelques mètres ce qui a permis de rouvrir la voie de circulation aux automobilistes.

Les blocs de béton installés depuis le 16 mai devant l'église Saint-Coeur-de-Marie, en cours de démolition, occupent maintenant des espaces habituellement réservés au stationnement.

Ce périmètre de sécurité, que certains résidents de Québec ont baptisé le « mur de la honte », est établi sur la Grande-Allée jusqu’à ce que le clocher de l'église soit complètement démantelé. La présence de ces blocs de béton a notamment causé des entraves à la circulation au centre-ville de Québec pendant plusieurs semaines, en pleine saison touristique.

Le promoteur immobilier, Groupe Lessard, espérait que les blocs soient retirés avant le début du Festival d'été de Québec (FEQ), le 4 juillet dernier, mais la démolition a pris plus de temps que prévu.

Brique par brique

Loïc Lessard, un des propriétaires du bâtiment et directeur des opérations de Groupe Lessard, souligne que le démantèlement s’est fait brique par brique, à un certain moment.

« Il a fallu adapter notre méthode de travail. Mais en considérant tout ça, notamment l’espace de travail [restreint] que l’on a, je pense que ça a bien été », explique-t-il.

Une fois le clocher descendu, les travaux de démolition se poursuivront à l'intérieur.

La démolition de l'église sera entièrement terminée en septembre, selon Groupe Lessard, soit bien avant la date limite fixée au 31 octobre.

Louis Lessard avait acquis l’édifice au coût de 1,8 million de dollars en 2010.

Québec

Politique municipale