•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Il y a 15 ans : la liberté d’expression selon CHOI-FM

Manifestants arborant le logo de CHOI Radio X. Une banderole portée par deux d'entre eux réclame le droit à la liberté.

Scandant le droit à la liberté d'expression, des manifestants marchent en soutien à la station de radio CHOI-FM le 22 juillet 2004.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le 13 juillet 2004, le CRTC annonce une décision sans précédent dans le milieu de la radio. CHOI-FM, une station de Québec qui accumule les plaintes et les poursuites judiciaires, devra quitter les ondes après le 31 août. Nos archives témoignent de la mobilisation qui a suivi cette nouvelle.

CHOI Radio X, qui allie propos sulfureux et rock alternatif, est à l’époque le poste de radio le plus écouté de la région de Québec.

Sa tête d’affiche est l’animateur Jeff Fillion, à la barre de l’émission matinale Le monde parallèle de Jeff.

En 2002, le CRTC avait renouvelé la licence de CHOI-FM pour deux ans seulement en raison des nombreuses plaintes sur « le contenu verbal » du poste de radio de Québec.

Un renouvellement plus court que la licence habituelle, d’une durée de sept ans, et assorti de plusieurs conditions.

Le présentateur Philippe Schnobb annonce que le CRTC refuse de renouveler la licence de CHOI-FM en raison de diffamation à répétition.

Le 13 juillet 2004, le CRTC arrive à la conclusion que malgré les engagements pris par le propriétaire de la station, la situation s’est dégradée. Des propos offensants, méprisants et racistes sont fréquemment tenus en ondes par les animateurs vedettes.

Les plaintes reçues par l’organisme fédéral à l’encontre de CHOI-FM ne cessent d’augmenter depuis l’acquisition du poste de radio par Genex Communications, en 1997.

Le CRTC lance un appel de demandes pour une nouvelle licence de radio à Québec afin de remplacer CHOI 98,1.

Au bulletin de nouvelles Aujourd’hui du 13 juillet 2004, le propriétaire de CHOI-FM se dit sonné cette annonce qu’il n’avait pas vue venir.

Patrice Demers parle d’un « acte de censure injustifié et incompréhensible ».

Ainsi se profile le thème d’une importante campagne de contestation.

« Liberté! Je crie ton nom partout! »

Reportage de Yannick Bergeron sur la mobilisation des auditeurs de CHOI-FM pour le maintien de la station de radio.

Comme le montre ce reportage de Yannick Bergeron au Téléjournal du 14 juillet 2004, la mobilisation s’amorce dès le lendemain de l’annonce du CRTC.

À l’invitation des animateurs de la station, des centaines d’auditeurs se déplacent dans le stationnement d’un supermarché pour se procurer des autocollants avec le nouveau slogan de CHOI Radio X : « Liberté! Je crie ton nom partout ».

« Si on veut entreprendre une discussion sur la liberté d'expression, ce que ça veut dire, jusqu'où ça doit aller, je pense que c'est un bon moment de le faire », affirme la ministre du Patrimoine canadien Liza Frulla.

« Un moment donné, le bon sens va surgir et tout le monde va se calmer. Le CRTC va voir qu'il est allé un peu loin », déclare pour sa part l’animateur Jean-François Fillion, qui a écourté ses vacances pour reprendre le micro.

Quelques jours plus tard, une première grande manifestation se tient dans la ville de Québec.

Reportage de Judith Gadbois St-Cyr sur la manifestation à Québec en soutien à CHOI-FM.

Le 22 juillet 2004, des milliers d’auditeurs de CHOI Radio X participent à une grande marche dans les rues de Québec pour soutenir leur station de radio préférée. Du jamais-vu dans la Vieille Capitale.

La journaliste Judith Gadbois St-Cyr en rend compte au Téléjournal ce soir-là.

Se réclamant du droit à la liberté d'expression, les protestataires demandent l'annulation de la décision du CRTC.

« Je pense qu’on exagère. Si on ne veut pas devenir un régime totalitaire, il faut que les gens se réveillent, se mobilisent et c’est le cas aujourd’hui! »

— Une citation de  Un protestataire appuyant CHOI-FM

Une seconde manifestation est aussi organisée sur la colline du Parlement d’Ottawa le 10 août 2004.

Bien qu’il adopte rapidement une couleur politique, le mouvement de contestation ne peut toutefois influencer la décision du CRTC. CHOI-FM doit pour ce faire s’adresser aux tribunaux.

En attente des procédures judiciaires, le poste de radio obtient à la fin du mois d’août 2004 un sursis de la Cour d’appel fédérale et peut continuer de diffuser sur la fréquence 98,1.

Une tête d’affiche à oublier

Le 17 mars 2005, Jeff Fillion démissionne en direct du studio de CHOI Radio X. Il salue ses auditeurs avant de les abandonner au beau milieu de son émission.

La présentatrice Pascale Nadeau revient avec le journaliste Davide Gentile sur la démission surprise de l'animateur Jeff Fillion. Le journaliste Sébastien Bovet dresse pour sa part le portrait de la carrière de l'animateur controversé.

Au Téléjournal Montréal, le journaliste Davide Gentile revient sur ce coup de théâtre avec la présentatrice Pascale Nadeau.

De Québec, le journaliste Sébastien Bovet offre ensuite un portrait du populaire animateur démissionnaire.

Malgré l’épée de Damoclès qui pend au-dessus de sa tête, les cotes d’écoute de CHOI-FM ont explosé au cours des derniers mois.

40 % des auditeurs de Québec qui écoutent la radio le matin suivent à ce moment-là l’émission Le monde parallèle de Jeff.

Le style corrosif de Jeff Fillion lui vaut toutefois une centaine de plaintes au CRTC, en plus d’avoir été poursuivi une dizaine de fois.

Cette situation commence à agacer le propriétaire de la station CHOI-FM de Québec, qui souhaite redorer son blason auprès du CRTC.

La poursuite judiciaire intentée par l’animatrice Sophie Chiasson assène sans doute le coup final à l’animateur-vedette.

Contrairement aux plaignants précédents, Sophie Chiasson — que Jeff Fillion a notamment décrite comme « une chatte en chaleur » — ne compte pas régler à l’amiable.

Bien que le procès soit en cours, Jeff Fillion parle de l’affaire en ondes et continue de diffamer l'animatrice.

Cette attitude entraîne des dissensions dans l’équipe de la radio en plus d’alimenter la cause de Sophie Chiasson.

Pour la première fois de son existence, CHOI sera condamné par un tribunal le 11 avril 2005 pour la diffusion de propos diffamatoires. Jeff Fillion et Genex Communications devront verser à Sophie Chiasson des dommages moraux et exemplaires atteignant 300 000 $.

Reportage de Marie-Maude Denis sur la décision du CRTC d'accorder une licence à Radio Nord, nouveau propriétaire de CHOI-FM jusqu'alors exploitée par Genex. Le bulletin de nouvelles de RDI est animé par Brigitte Bougie.

C’est finalement une transaction financière entre les entreprises de communications Genex et Radio Nord qui sauvera la peau de CHOI Radio X.

Le président de Genex, Patrice Demers, obtient 9 millions de dollars pour la station de radio de Québec à laquelle il a donné sa signature incisive.

« La saga entourant l’avenir de la station de radio CHOI-FM à Québec est terminée », annonce la présentatrice Brigitte Bougie au bulletin de nouvelles Le National du 20 octobre 2006.

Le CRTC a accordé au nouveau propriétaire une licence pour exploiter la populaire fréquence.

La journaliste Marie-Maude Denis revient néanmoins sur le malaise autour du déroulement de cette acquisition de Radio Nord.

Elle s’entretient aussi avec l’animateur Jeff Fillion qui demeure en conflit avec son ex-employeur.

Interrogé par la journaliste sur un éventuel retour sur les ondes de Radio X, Jeff Fillion lui assure que ce n’est pas dans ses plans. « Même s’il ne faut jamais dire jamais! » ajoute-t-il en 2006.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.