•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ça passe ou ça casse pour le projet d’agrandissement du Château Laurier à Ottawa

Le Château Laurier s'inscrit fermement dans le paysage et dans l'histoire de la capitale canadienne.

Photo : Dereck Doherty

Radio-Canada

Les membres du conseil municipal d'Ottawa pourraient faire achopper, mercredi, le projet d’agrandissement du Château Laurier, situé au cœur de la capitale canadienne. Les propriétaires de l'hôtel patrimonial souhaitent agrandir l'immeuble après avoir élaboré cinq versions différentes du projet.

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, présentera en début d’après-midi une résolution recommandant le retrait du permis patrimonial octroyé l'an dernier pour la nouvelle portion de l'hôtel.

Extrait de la résolution du conseiller Mathieu Fleury

Il est résolu que le Conseil :

  1. statue que le demandeur n’a pas respecté les conditions imposées pour la demande de modification de la propriété située au 1, rue Rideau;
  2. statue aussi que comme les conditions n’ont pas été respectées, le permis en matière de patrimoine pour le projet de réaménagement du Château Laurier, situé au 1, rue Rideau, est nul et sans effet;
  3. révoque le pouvoir délégué au directeur général de la Planification, de l’Infrastructure et du Développement économique d’approuver les modifications conceptuelles.


Source : Ville d'Ottawa

Cette résolution est sujette à l’approbation des deux tiers des 24 membres du conseil municipal.

Dans une note de service, la Ville d'Ottawa explique que si cette motion est adoptée, le propriétaire Larco Investments disposera de trois options :

  1. soumettre une nouvelle demande;
  2. s’adresser à la Cour supérieure pour obtenir une déclaration statuant que les conditions imposées par le conseil municipal en juin 2018 ont été respectées;
  3. interjeter appel.

5 versions du projet

Le projet a connu de nombreux rebondissements durant son élaboration, menant à cinq versions différentes des rendus architecturaux au fil du temps.

Les fonctionnaires municipaux avaient recommandé, dans un rapport rendu public le 11 juin 2018, l'approbation de la quatrième mouture du projet d'agrandissement du Château Laurier.

Le Château Laurier vu depuis les écluses du canal Rideau.

Le nouveau rendu architectural pour l'agrandissement du Château Laurier a été rendu public le 23 mai 2019.

Photo : Larco Investments LTD

Les membres du conseil municipal avaient approuvé ces plans, imposant toutefois certaines modifications qui ont mené à l'élaboration d'une cinquième version.

Le Comité de l'urbanisme de la Ville d'Ottawa avait par la suite donné son appui à la plus récente mouture, mais les opposants au projet n'en ont pas démordu.

Un regroupement citoyen pour une nouvelle version

L'importance du Château Laurier pour les Ottaviens est telle que des résidents ont formé un groupe dans le but d'obtenir une nouvelle révision du projet.

Le groupe Les Ami.e.s du Château Laurier, fondé en collaboration avec l'organisme Patrimoine Ottawa, a obtenu quelque 5000 signatures pour sa pétition.

Parmi les membres fondateurs de l'association se trouvent de nombreux architectes — comme Phyllis Lambert — ainsi que des avocats et d'anciens politiciens — comme l'ex-ministre fédéral David Collenette.

Le verre demeure omniprésent dans cette vue de l'édifice.

Vue arrière de la nouvelle aile du Château Laurier à Ottawa, selon un plan datant de 2018, modifié depuis.

Photo : Larco Investments LTD

Menace de poursuite

Les planificateurs embauchés par les propriétaires du Château Laurier menacent maintenant de poursuivre la Ville d’Ottawa si le conseil municipal retire son appui au projet d'agrandissement.

Dans une lettre récemment envoyée aux élus par courriel, ils leur demandent de rejeter la résolution du conseiller Mathieu Fleury.

Un retrait ne serait probablement pas permis légalement, peut-on lire dans la lettre des représentants de Larco Investments, et résulterait sans l’ombre d’un doute en une poursuite coûteuse, aux dépens des contribuables, avec comme résultat probable que la cour maintienne l’approbation [du conseil].

Dans une autre lettre transmise par courriel aux élus, l'entreprise plaide qu'elle a consulté à de nombreuses reprises le personnel et le comité d'examen de la [Commission de la capitale nationale] et cherché activement à obtenir l'opinion de Parcs Canada.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale