•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexandre et Jennifer, ou quand l'amour fait fi des frontières

Cet été, pour l'émission Tout inclus, Jhade Montpetit part à la rencontre de couples dont les histoires s'avèrent autant d'hymnes à l'amour qui dure.

Jennifer et Alexandre posent fièrement main dans la main devant une rivière.

Jennifer et Alexandre se sont rencontrés au Mexique. Ils ont fait fi de la distance et vivent maintenant ensemble à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / David Richard

Jhade Montpetit

L’amour à distance, ça prend une belle part de courage pour qu’il se concrétise... et un beau brin de folie pour le maintenir à flot. Il faut être prêt à accorder sa confiance et à accepter la liberté qui vient avec l’éloignement. Parlez-en à Jennifer et Alexandre!

Octobre 2011. Le Gatinois Alexandre Cormier est en voyage avec une douzaine d’amis dans la ville d’Oaxaca, au Mexique.

Par un heureux hasard, Jennifer Alejandra Gil Hernandez (qui, elle, est originaire de Mexico, la capitale) se trouve au même endroit, dans le même complexe hôtelier que lui. Elle assiste à un colloque sur les relations internationales (il s'agit donc d'un voyage universitaire, dans son cas).

Un soir, Alex et ses amis sortent danser au Jaguar, un club près de l’hôtel. Alors qu’il grille une cigarette à l’extérieur du bar, le Gatinois aperçoit une jeune femme qui capte toute son attention.

Je suis assez confortable en espagnol, alors je l’ai rapidement saluée avec un "Hola señora"... mais j’ai eu un regard assez spécial. Là-bas, señora veut dire madame. J’ai appris plus tard que j’aurais dû dire "Holà señorita".

Alex Cormier

Trop tard, le dommage était fait : j’étais déjà insultée, rétorque Jennifer en riant.

Ce soir-là, au club, les deux étrangers discutent brièvement, n’échangent même pas leurs prénoms, font quelques pas de danse ensemble. Et ça reste là.

Le logo et le nom « Jaguar » sur la façade de la discothèque.

La discothèque Jaguar, où Jennifer et Alexandre se sont croisés pour la première fois... sur un plancher de danse.

Photo : Gracieuseté Alexandre Cormier

Achy Breaky Heart

Le lendemain, Alex sait où il veut passer la soirée. Direction : le Jaguar, dans l’espoir de revoir la señorita Jennifer.

Fébrile, il entre et trouve celle qu’il espérait. Elle est là, sourire radieux, longs cheveux bruns et yeux pétillants. Elle danse.

Un moment donné est arrivée la toune Achy Breaky Heart [de Billy Ray Cyrus]. Mais là, au Mexique, ils ont la brillante idée de la jouer avec un tempo 10 fois plus rapide, parce que tout le monde sait danser là-bas! se souvient le Gatinois.

Alex, lui, ne danse pas très bien (il donne plus dans la danse abstraite, qu’il me dit) et il l’assume pleinement.

Jennifer sourit.

Jennifer regarde tendrement Alexandre dans les yeux.

Jennifer et Alexandre

Photo : Radio-Canada / David Richard

Je lui ai dit : "Attends un peu, je vais te montrer comment ça marche… Laisse-moi danser cette chanson, regarde-moi et apprends."

Jennifer Alejandra Gil Hernandez

La jeune inconnue lui prend alors les poignets et l’aide à suivre (et, surtout, à garder!) le rythme.

Je l’ai empêché d’avoir un accident grave… et [de blesser] les autres autour, fait valoir Jennifer en rigolant de plus belle.

À la fin de la chanson, elle se rapproche de moi, essoufflée. Je m’abandonne dans ses grands yeux et je l’embrasse, se remémore pour sa part un Alex tout sourire.

Heureux, les deux amants quittent le bar main dans la main, baragouinant un mélange d’anglais, d’espagnol… et de français!

Des étoiles dans les yeux

Le reste du voyage, Alex n’a qu’une chose en tête : passer le plus de temps possible avec celle qui fait battre son coeur.

Un soir, alors que son groupe d’amis et lui assistent à un spectacle, dans la ville voisine, Alex quitte la salle précipitamment, saute dans un taxi en direction de l'hôtel, avec en main le petit bout de papier sur lequel Jennifer a inscrit le numéro de sa chambre.

Il était 1 h du matin, je cogne à sa porte. Pas de réponse. Je téléphone à sa chambre et elle me répond semi-réveillée. Cinq minutes plus tard, nous étions ensemble dans le lobby de l’hôtel à discuter jusqu’aux petites heures.

Alex Cormier

Sirotant des cafés Baileys, ils passent la journée suivante à discuter de tout et de rien. Chaque minute compte. Tout le reste se déroule à la vitesse grand V.

Alexandre et Jennifer se prennent par la main dans un hôtel au Mexique.

Juste avant de monter dans le bus pour l'aéroport, dans la foulée de leur rencontre, Alexandre et Jennifer prennent une dernière photo.

Photo : Gracieuseté Alexandre Cormier

La dernière nuit

Jennifer prolonge de 24 heures son séjour afin de passer encore un peu de temps avec Alex.

Cette nuit-là, nous avons étiré le temps du mieux qu’on pouvait, mais le temps avance sans pitié. Le soir, nous avons même déplacé le divan sur le balcon de la chambre, et nous avons passé la nuit dehors à parler.

Alex Cormier

Le dimanche matin, on avise Alex que l’autobus l’attend pour l’amener vers l’aéroport.

C’est le moment des adieux.

Dans la frénésie du départ, pendant qu’on lui prend ses valises pour les déposer dans la soute à bagages, Alex se retourne vers sa douce et l’embrasse. Mais déjà, on le tire dans l’autobus, la porte se referme et le bus s’en va.

Ça a été le pire retour de ma vie, soutient Alex.

Une fois rentré au Québec, Alex trouve Jennifer sur Facebook. Les amoureux communiquent par Skype pendant presque un an.

Il y a eu toutes sortes d’émotions, d’expériences, de malentendus aussi. C’est pas facile de faire un move, de changer de pays. On voulait essayer sans se faire trop d’illusions.

Jennifer Alejandra Gil Hernandez

Elle poursuit. C’est bizarre. Tu trouves un gars authentique, avec de grandes valeurs humaines… C’est plate que tu trouves une personne si cool et qu’il doive partir. J’ai donc lancé l’idée de se revoir… Je lui ai dit : "Tu sais, je pourrais aller au Canada pour terminer mes études."

Pris par surprise, entre deux bouchées de son petit-déjeuner, Alex regarde les options : l’Université d’Ottawa, l’Université du Québec en Outaouais, l’Université Saint-Paul…

Tester le couple

Après plusieurs mois de Skype, Alex, n’y tenant plus, retourne au Mexique en août 2012 pour revoir l’élue de son coeur.

Jennifer et Alexandre enlacés sur le bord de l'océan au Mexique.

Les retrouvailles des deux amoureux, lors du deuxième voyage d'Alexandre au Mexique

Photo : Gracieuseté Alexandre Cormier

Moi, je voulais tester la relation. Quand je suis arrivé à l'aéroport, on s’est cherchés une bonne demi-heure. J’ai entendu mon nom dans l’intercom... puis je l’ai vue et on s’est sautés dans les bras, comme dans un film! C’était vraiment comme un film, pis je ne te niaise pas : depuis le début, c’est tout le temps comme dans un film! s'exclame Alex, visiblement ému.

On retient notre souffle souvent, hein, mon amour? Il y avait beaucoup d’émotions là-dedans, ajoute Jennifer en riant.

Une véritable tournée du pays s’ensuit. Jennifer veut profiter au maximum du temps qu’elle a avec son homme. Elle le présente même à sa famille. Les choses deviennent plus sérieuses.

L'amour qui fait des petits

Deux mois après ce voyage, c’est au tour de Jennifer de poser les pieds au Canada. Nous sommes alors en novembre 2012. Elle veut également tester non seulement sa relation avec Alexandre, mais aussi les possibilités d'avenir pour elle ici.

Pendant son séjour, elle tombe enceinte. Son statut de visiteur au pays lui laisse peu d’options. Elle ne possède pas d’assurance-maladie, donc pas de couverture médicale, et n’a pas le droit de travailler en sol canadien. Elle choisit donc d’aller accoucher chez elle, à Mexico.

Alexandre et Jennifer qui est enceinte, enlacés, devant un coucher de soleil.

Alexandre et Jennifer au belvédère Champlain du parc de la Gatineau

Photo : Gracieuseté Alexandre Cormier

Mais on n’accouche pas au Mexique comme on accouche au Canada. Alex ne peut pas assister à la naissance de son petit Rohan, bien qu’il soit sur place.

C’est une question de sécurité. La ville de Mexico, ce n’est pas facile partout, alors, pour empêcher les vols d’enfants, on ne permet pas de faire rentrer n’importe qui, souligne Jennifer.

Je n’ai pu voir mon fils [que] cinq jours après sa naissance, s’indigne encore Alex.

La naissance de leur fille, en 2016, se déroule quant à elle au Canada.

Dans la foulée, et après quatre ans d’efforts, de voyages et d’embûches, Jennifer obtient finalement sa résidence permanente en 2017. D’ici à un an, le couple pourra entreprendre les démarches afin que Jennifer devienne citoyenne canadienne.

L'importance de bien communiquer

Alex (déjà papa d’une grande fille de 12 ans, Mya) et Jennifer ont aujourd’hui deux beaux enfants (Rohan, 5 ans, et Eleanor, 3 ans). Toute la petite famille vit à Gatineau, mais n’exclut pas d’avoir un pied-à-terre au Mexique dans les prochaines années.

La famille pose fièrement.

Portrait de la famille. De gauche à droite en avant : Mya et Eleanor. En arrière : Alexandre, Rohan et Jennifer

Photo : Gracieuseté Alexandre Cormier

Dans un couple, c’est vraiment la communication qui est importante… [Tout comme] le respect, l'honnêteté, l'authenticité et les compromis.

Jennifer Alejandra Gil Hernandez

S'il considère que nourrir leur relation à distance demeure l'affaire la plus dure qu'ils aient eu à faire, Jennifer et lui, Alex n'hésite pas un instant à faire valoir que ça vaut la peine.

Moi, je trouve qu’on est solides, malgré tout. On est ultra solides… C’est tellement la femme pour moi! s’exclame-t-il.

Alexandre et Jennifer assis sur un banc.

Alexandre et Jennifer envisagent de se trouver un pied-à-terre au Mexique... un jour.

Photo : Radio-Canada / David Richard

Avis à ceux et celles qui croiseront l’amour à l’étranger, souvenez-vous que Cupidon a le bras long et que, bien souvent, la distance n’est qu’un test afin de savoir jusqu’où l’amour peut (vous faire) voyager.

Ottawa-Gatineau

Société