•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organismes demandent que l’accès au logement devienne un enjeu électoral fédéral

Une annonce affiche un logement à louer.

L’accès au logement pourrait devenir un enjeu lors de la prochaine campagne fédérale (archives).

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Pasquale Harrison-Julien

Radio-Canada

L’accès au logement est voué à devenir un enjeu électoral important dans la prochaine campagne fédérale, selon une coalition d'organismes au pays qui tient un point de presse en ce sens, à Ottawa, mardi matin.

Le Réseau québécois des OSBL d’habitation, l’Association canadienne d'habitation et de rénovation urbaine, l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance et la Fédération de l'habitation coopérative du Canada demandent aux partis fédéraux de s’engager à éliminer l’itinérance et à consolider le logement communautaire.

C’est un défi qu’on retrouve partout au pays et c’est certain qu’on fait appel à tous les partis politiques pour s’assurer qu’il y ait un engagement très clair et un investissement dans le logement, a fait valoir la directrice générale de l’Association de l’habitation coopérative de l’Est de l'Ontario, Céline Carrière, en entrevue à l’émission Les matins d’ici.

On voit l’itinérance qui continue d’augmenter parce que les gens ne peuvent plus se permettre de payer leur logement. Ça devient de plus en plus difficile, a-t-elle affirmé. Elle souhaite entre autres que les partis fédéraux augmentent le financement de projets favorisant la construction de logements abordables.

La Stratégie [nationale sur le logement] peut seulement être implantée s’il y a des fonds pour la livrer.

Céline Carrière, directrice générale, Association de l’habitation coopérative de l’Est de l'Ontario

Mme Carrière a souligné que le taux d'inoccupation des logements dans un marché immobilier en santé se situe autour de 3 %. Au pays, des communautés affichent un taux d'inoccupation de seulement 1 %, voire moins. De plus, selon elle, le problème s'aggrave en raison du nombre de logements consacrés à la location à court terme.

Des pas dans la bonne direction

Céline Carrière a par ailleurs reconnu qu’au cours des dernières années, des pas ont été franchis dans ce dossier pour la première fois depuis les 20 ans d’existence de son organisme. On a vu une Stratégie nationale sur le logement. C’est la première fois au Canada qu’on a vu ça, a-t-elle cité en exemple.

Mme Carrière a aussi noté la désignation du logement en tant que droit humain comme un autre pas dans la bonne direction. Mais, ce n’est qu’un début. Ça nous prend des fonds pour mettre en place la stratégie, a-t-elle rappelé.

Malgré ces améliorations, bien de l'eau pourrait couler sous les ponts avant que la population ne ressente les effets des nouvelles politiques en matière de logement.

Le logement, c’est complexe. Ça prend des années pour faire construire des projets. Mais ça prend aussi des règlements et des politiques clairs qui vont promouvoir la construction de logements abordables, a martelé Mme Carrière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique