•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Problème d’eau : Attawapiskat déclare l’état d’urgence

Gros plan d'un robinet qui laisse sortir l'eau.

Attawapiskat a décrété l’état d’urgence dimanche dans l’espoir de faire bouger rapidement le gouvernement fédéral, qui dit prendre la situation très au sérieux.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

L’eau du robinet de cette communauté de la côte ouest de la baie James est potable, mais elle contiendrait des niveaux potentiellement nocifs de trihalométhanes (THM) et d’acides haloacétiques (AHA), deux substances créées par la forte interaction entre le chlore et des matières organiques dans l’eau.

Les THM et AHA ne disparaissent pas lorsqu'on fait bouillir l'eau.

Selon Adrian Sutherland, un membre de la communauté, les résidents d’Attawapiskat ont été avertis de limiter leur temps sous la douche et de ne pas utiliser d’eau chaude, celle-ci ouvrant les pores de la peau.

Un homme avec un masque.

Le résident Adrian Sutherland s’est photographié avec un masque sur son compte Twitter. Il veut ainsi faire valoir à quel point l’eau d’Attawapiskat constitue un risque pour la santé.

Photo : Adrian Sutherland/Twitter

Les résidents auraient également été avisés de ne pas laver leur nourriture avec l’eau du robinet et de ventiler la pièce chaque fois que l’eau coule.

L’exposition prolongée à ces deux substances peut causer une éruption cutanée et pourrait augmenter les risques de cancer, selon un rapport externe préparé pour la communauté.

Un problème persistant

La Première Nation d’Attawapiskat connaît depuis longtemps ce problème.

Les deux substances sont présentes dans le lac où la communauté puise son eau potable, et la seule solution serait de changer tout à fait la source d’eau.

Deux hommes discutent à l’intérieur d’un bâtiment.

L’usine de traitement de l’eau potable a été construite en 2001 à Attawapiskat.

Photo : CBC

Deux études publiées en 2008 et en 2011 ont tiré cette conclusion et ont recommandé que l’eau provienne de la rivière Attawapiskat.

L’usine de traitement de l’eau potable a été construite en 2001 et, selon les autorités, il en coûterait des millions de dollars pour faire les changements.

Le conseil de bande doit se rencontrer mardi pour discuter des prochaines étapes.

Un responsable de la santé du ministère des Services aux Autochtones doit se rendre dans la communauté dès la semaine prochaine.

Des problèmes d'eau un peu partout en Ontario

Le gouvernement du Canada a toujours 42 avis à long terme sur la qualité de l'eau en vigueur dans les Premières Nations de l'Ontario. Au pays, 58 avis du genre existent.

Attawapiskat n'est pas du lot, puisque Services aux Autochtones Canada a assuré à CBC que l'eau de la communauté est potable et peut être consommée sans danger.

Le ministère réitère par ailleurs que des réparations d'une valeur de 1,5 million de dollars sont en cours à l'usine de traitement de l'eau.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Autochtones