•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 130 familles immigrantes s'installeront à Cap-Pelé

La petite Kenya est arrivée à Cap-Pelé avec sa famille, originaire de la Jamaïque.

Photo : Radio-Canada

Sophie Desautels

Le village de Cap-Pelé, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, s'agrandit. Environ 130 familles originaires des Philippines, du Mexique et de la Jamaïque vont s'installer dans la communauté du sud-est du Nouveau-Brunswick d'ici le mois d'octobre.

Au cours des dernières années, la municipalité a accueilli de nombreux travailleurs étrangers, mais cette année la communauté s'agrandit de manière permanente.

Les résidents du village croisent souvent des travailleurs étrangers embauchés par des usines de transformation de produits marins. Les gens se sont habitués à ces immigrants de passage, à ces nouveaux visages. Mais depuis peu, ce sont aussi des familles complètes que l'on voit se promener dans la région acadienne.

La garderie Lisette accueille surtout de petits Acadiens d'origine, mais depuis le mois d'avril, quatre nouveaux enfants de moins de deux ans font partie de son quotidien. Deux d'entre eux sont originaires du Mexique, un des Philippines et une petite fille, Kenya, de la Jamaïque.

Une gardienne avec trois enfants.

Lise Cormier en compagnie de ses petits nouveaux.

Photo : Radio-Canada

La propriétaire, Lise Cormier, craignait au départ que la communication soit difficile, mais cela n'a pas été le cas.

Avec les bébés, ils fonctionnent bien. On n’a pas eu besoin de changer nos programmes et tout ça. Ils embarquent avec nous autres. On leur parle en français et si on voit qu'ils ne comprennent pas, on le fait en anglais, explique Lise Cormier.

Un bébé.

Parmi les nouveaux à la garderie, deux sont originaires du Mexique, un des Philippines et une petite fille, Kenya, de la Jamaïque.

Photo : Radio-Canada

Malgré le défi que représentent l'accueil et l'installation de ces nouveaux arrivants, les résidents semblent enchantés de l'arrivée de ces nouvelles familles.

Trouver un toit pour tout le monde

Les défis sont grands pour accueillir un tel nombre de familles en quelques mois. La municipalité, le district scolaire, les usines de transformation et les organismes d'accueil des immigrants mettent la main à la pâte pour aider à installer les familles dans le village.

Le défi le plus important, pour l'instant, c'est le manque de logement. Au cœur du village, des pelles mécaniques sont en activité, et des camions circulent dans tous les sens. C'est la course pour terminer 14 nouvelles résidences. Un appartement est également en construction juste à côté de l'école.

Des hommes construisent des maisons.

Au cœur du village, les pelles mécaniques s'activent, et les gros camions circulent dans tous les sens. C'est la course pour terminer 14 nouvelles résidences.

Photo : Radio-Canada

La situation est quelque peu chaotique, explique le maire de Cap-Pelé, Serge Léger. Mais son équipe fait beaucoup d'efforts pour que tout soit prêt dans les temps. Il est notamment question de la construction d'une rue.

C'est une croissance incontrôlable à cette heure. J'espère qu'on va la régler. On essaie de passer une rue nouvelle ici, à Cap-Pelé, souligne-t-il.

L'arrivée de ces immigrants permanents est une très bonne nouvelle pour l'économie et la croissance de la population locale, estime M. Léger. En moins d'un an, la population de sa municipalité aura augmenté de 20 %.

Un homme.

Le maire de la municipalité de Cap-Pelé, Serge Léger.

Photo : Radio-Canada

Le prochain défi sera d'initier les nouveaux arrivants, parents et enfants, au français.

L'école primaire va compter une cinquantaine de nouveaux élèves cet automne. Le District scolaire francophone Sud a embauché du nouveau personnel pour appuyer l'intégration et l'apprentissage du français.

Nouveau-Brunswick

Immigration