•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Victoria se prononcera concernant la loi sur la laïcité au Québec

Il est assis à son bureau de la salle de réunion du conseil municipal de Victoria.

Sharmarke Dubow a été élu conseiller municipal de Victoria en octobre 2018.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Adrien Blanc

Après les élus de Brampton en Ontario, les conseillers municipaux de Victoria se prononceront sur une motion qui condamne la loi sur le port de signes religieux dans les institutions publiques québécoises.

L’élu Sharmarke Dubow dit que de nombreux citoyens sont inquiets depuis que la loi sur la laïcité au Québec a été adoptée. Ils la considèrent comme une atteinte à la liberté religieuse et à l’inclusion des minorités culturelles dans cette province.

Il a donc déposé une motion auprès du conseil municipal de Victoria pour soutenir la contestation judiciaire de la loi qui interdit à des employés publics de porter des signes religieux au Québec.

Le conseil municipal a la responsabilité de défendre la mosaïque multiculturelle du Canada.

Sharmarke Dubow, conseiller municipal de Victoria

La mairesse de Victoria, Lisa Helps, affirme qu’elle soutient la proposition sur le principe, mais qu’elle attend d’écouter ses collègues avant de rendre un avis définitif.

Certains s’interrogent sur la pertinence pour une ville britanno-colombienne de se mêler des affaires du Québec. Je ne crois pas que nous connaissions le sujet ou que nous ayons une expertise particulière, dit le conseiller municipal Geoff Young, qui soutiendra quand même la motion.

L’élue Sarah Potts pense que la motion peut avoir un effet positif sur la population en rassurant les bénéficiaires et les employés des services publics, notamment ceux issus des minorités. Quel serait l’effet sur une étudiante qui porte le voile si elle ne voyait jamais une personne comme elle à un poste de pouvoir, comme une juge ou une enseignante, demande-t-elle.

Une Québécoise d’origine, qui habite à Victoria depuis six ans, Marie-Hélène Bourret, regrette cependant qu’il n’y ait pas de débat public sur le sujet. Je pense que les conseillers municipaux devraient consulter la population, dit-elle. Je pense qu’ils devraient même organiser un plébiscite pour s’assurer qu’ils vont dans la bonne direction.

Les neuf élus de Victoria examineront la motion jeudi.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique municipale