•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Laiterie de La Baie souffle ses 100 bougies

La Laiterie de La Baie célèbre un siècle d'existence.

Photo : Courtoisie

Radio-Canada

La Laiterie de La Baie a cent ans cette année. Pour célébrer son siècle, elle a droit à tout un cadeau : la production de crème glacée va tripler!

Cette entreprise familiale est l’une des dernières laiteries indépendantes du Québec et l’une des seules compagnies centenaires de notre région.

Le plus ancien employé de la laiterie a été embauché en 1957 pour un essai de 15 jours alors qu’il avait 16 ans. Yvon Héneault y travaille toujours 61 ans plus tard.

J’ai de bons patrons pour qu’ils m’endurent pendant 61 ans.

Portrait du plus ancien employé de la Laiterie de La Baie.

Yvon Héneault a commencé à travailler à la laiterie en 1957. Il n'a jamais eu d'autre employeur.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

À 78 ans, il travaille deux jours par semaine.

La recette de la longévité selon lui? Consommer le lait, le beurre, la crème et la crème glacée fabriqués ici.

Yvon Pedneault met des caisses de lait dans la machine à laver.

Après 61 ans de service, le plus ancien employé de La Laiterie de La Baie travaille aujourd'hui deux jours par semaine.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Une longue histoire de famille

De la fusion de la Beurrerie Vulfrand Tremblay, fondée en 1919, et de la Laiterie Baie des Ha Ha, achetée par Edmond Duperré, est née La Laiterie de La Baie. Trois générations plus tard, l’entreprise fête ses 100 ans.

C’est une histoire de famille. C'est de mon grand-père, ensuite ça a été mon père et, depuis les années 80, on est quatre frères propriétaires de l’entreprise, raconte le copropriétaire Normand Duperré.

Portrait de Normand Duperré devant la laiterie.

Normand Duperré et ses frères Julien, Maurice et Robert ont repris le flambeau dans les années 1980. Ils ont succédé à leur père Edmond Duperré à la tête de la laiterie.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Le 25 janvier 1961, un incendie a ravagé le bâtiment de la laiterie; une perte totale. L’entreprise a tout de même reconstruit et poursuivi ses opérations.

Parmi les ingrédients du succès : du lait provenant de troupeaux de vaches saguenéennes, des recettes traditionnelles façonnées au fil des générations, du travail acharné, une clientèle et une main-d’œuvre fidèle.

On a toujours porté une attention particulière à la qualité des produits qu’on devait offrir, et puis ça porte ses fruits, affirme Normand Duperré.

300 nouveaux points de vente

La crème glacée Festin distribuée partout au Québec est aujourd’hui la vache à lait de l’entreprise. Au mois d’août, la production atteindra 40 000 pots par semaine.

La crème glacée sera vendue dans 300 nouveaux points de vente.

Des pots de crème glacée à la banane.

La crème glacée à saveur de banane est un des produits chouchous de la laiterie. Elle est distribuée dans tous les Maxi du Québec, dans certains IGA et Metro, et fait entrée dans les Loblaws et les Provigo de la province.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

L’entreprise, qui embauche une soixantaine de personnes, fait partie des trois laiteries indépendantes à avoir survécu aux fusions et acquisitions des géants de l’industrie laitière au Québec.

Les gens sont de plus en plus conscientisés à l’achat local, à la proximité des marchés. C’est sûr que quand on transforme le lait des cultivateurs qui nous entourent ici et qu’on le remet dans les épiceries, et que les gens ont accès au produit, c’est beaucoup plus écologique, explique Normand Duperré.

Des travailleurs mettent des sacs de lait dans une caisse.

La laiterie compte une soixantaine d'employés.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Relève

Si les propriétaires ont encore plusieurs années devant eux, ils doivent tout de même penser au futur de l’usine puisque la quatrième génération de la famille Duperré est totalement absente de la laiterie.

Rien pour freiner la croissance de la compagnie qui promet bientôt de nouvelles surprises aux consommateurs pour célébrer son siècle d’existence.

Saguenay–Lac-St-Jean

Alimentation