•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voie libre pour Uber, Lyft et autres services de transport en réseau en C.-B. 

Un cellulaire avec une application mobile.

Les premiers véhicules de covoiturage commercial de type Uber et Lyft pourraient circuler dès la mi-septembre en C-B.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Le ministère des Transports de la Colombie-Britannique accueillera les services de transport comme Uber ou Lyft sur ses routes, mais seulement sous certaines conditions. La ceinture sera obligatoire pour passagers et chauffeurs, et ces derniers devront être titulaires d’un permis commercial.

Les premiers véhicules réservés par les clients au moyen de l'application mobile pourraient bien circuler dès le 16 septembre, date à laquelle ces mesures entreront en vigueur, selon la réglementation dévoilée lundi.

Pendant plus de cinq ans, les Britanno-Colombiens n’ont cessé de demander et d’attendre ces services, retardés par le précédent gouvernement. Nous sommes passés à l’action pour autoriser les services souhaités et nous respectons nos promesses.

Claire Trevena, ministre des Transports

Permis et assurance

Le ministère des Transports de la Colombie-Britannique est resté intransigeant sur certains critères, notamment la nécessité, pour les chauffeurs, de posséder un permis de classe 4, lequel comporte un plus grand nombre d’exigences (comme une assurance spéciale, ou encore la vérification d’antécédents criminels). 

Ce n’était pas négociable de notre point de vue; la sécurité publique en dépend, a commenté la députée Bowinn Ma, qui a été présidente du comité d’étude sur l’autorisation des services de covoiturage commercial dans la province. 

Ce critère de permis a été critiqué par certains consultants en transport, qui y voyaient une façon de limiter le nombre de chauffeurs autorisés à rouler. 

Seuls les chauffeurs titulaires d’un permis délivré en Colombie-Britannique pourront obtenir l’autorisation de rouler en commercialisant leurs services au moyen d'une application.

Ils devront également soumettre leur véhicule à une inspection annuelle ou semi-annuelle en fonction du kilométrage. 

Des frais de 30 cents par trajet

Chaque facture inclura des frais de 30 cents par trajet. Ceux-ci financeront des programmes liés à l’accessibilité, notamment pour développer la flotte accessible aux passagers à mobilité réduite.   

Pendant l'été, le Conseil des transports de passagers sera chargé d'établir les prix, le nombre de véhicules en service et les zones d’activité.

Les entreprises de services de transport en réseau pourront déposer leur candidature à partir du 3 septembre 2019.  

Colombie-Britannique et Yukon

Transports