•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

28 M$ pour étendre les services de sages-femmes en Ontario

Ventre de femme enceinte.

Le gouvernement estime que ce financement permettra d'embaucher 90 sages-femmes.

Photo : iStock

Jean-François Morissette

Le gouvernement ontarien investit 28 millions de dollars supplémentaires afin d'accroître les services de sages-femmes partout dans la province. Toutefois, selon l’Association des sages-femmes de l’Ontario, cet investissement est loin d’être suffisant pour répondre à la demande.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, estime que cet investissement permettra de créer 90 postes de sage-femme et devrait permettre d’aider jusqu'à 3400 familles durant la grossesse, l'accouchement et après la naissance.

Ce financement additionnel signifie que plus de familles qui attendent un enfant en Ontario pourront accéder à des soins de qualité prodigués par une sage-femme durant la grossesse, le travail et la naissance, ainsi qu'obtenir six semaines de soutien une fois l'enfant né, a expliqué la ministre Elliott par voie de communiqué.

Les sages-femmes ont un rôle essentiel dans notre système de santé. Elles offrent aux familles plus d'options pour donner naissance.

Christine Elliott, ministre de la Santé de l'Ontario
Une femme derrière un lutrin avec un homme en arrière plan

La ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott

Photo : Gouvernement de l'Ontario

Le gouvernement ontarien facilite également le travail des sages-femmes et permettra désormais à ces professionnels de prescrire un plus grand nombre de médicaments à leur clientèle.

Selon le gouvernement, le financement devrait également étendre le programme de services de sages-femmes autochtones et rendra permanent le financement du projet pilote de l'équipe de santé familiale Mount Sinaï Academic.

Un pas dans la bonne direction

Selon Elizabeth Brandeis, présidente de l'Association des sages-femmes de l'Ontario, l’annonce de la ministre Elliott est un pas dans la bonne direction, mais beaucoup de travail reste à faire.

Ce n’est pas suffisant. Quand nous disons que c’est un pas dans la bonne direction, nous voulons dire que c’est un très petit pas qui a été fait.

Elizabeth Brandeis, présidente de l'Association des sages-femmes de l'Ontario

Elle estime que la profession de sage-femme n’a pas été appréciée à sa juste valeur pendant de nombreuses années et que l’investissement annoncé par le gouvernement ontarien va permettre de donner un coup de main aux sages-femmes ontariennes. Toutefois, Mme Brandeis note que davantage de travail reste à faire.

Il y a encore de longues listes d’attente pour accéder à une sage-femme en Ontario, note-t-elle d’ailleurs.

La présidente de l’Association des sages-femmes de l’Ontario indique toutefois que des mesures annoncées sont « prometteuses », comme la possibilité de prescrire des médicaments et l’ajout de nouvelles technologies dans la profession.

Un investissement après des compressions

Cet investissement survient alors qu’en décembre dernier, l’Ordre des sages-femmes de l’Ontario a perdu son financement provincial et, par conséquent, a dû augmenter les frais pour ses membres. La décision avait d'ailleurs été fortement critiquée dans le milieu professionnel.

Le Tribunal des droits de la personne de l'Ontario aussi conclu en septembre dernier que les sages-femmes étaient sous-payées en raison de la nature sexospécifique de leur profession. Une décision du Tribunal visant à réduire l'écart d'équité salariale pour les sages-femmes devrait être rendue cet automne.

Toronto

Politique provinciale