•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une zone industrielle retransformée en espace vert pour contrer les inondations

Image d'une voiture prise par les eaux sur une route.

Les routes de la zone entourant le canal de Don Mills, y compris l'avenue Woodbine, deviennent parfois « impraticables » lors de fortes tempêtes.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

La Ville de Markham annonce la restauration d’une zone industrielle à son état naturel dans le cadre d’un projet visant à atténuer les dégâts causés par les inondations.

Selon Frank Scarpitti, maire de Markham, le canal de Don Mills devrait être converti en une plaine inondable plus naturelle.

La section visée par le projet annoncé lundi est située dans le secteur de l’avenue Woodbine et de la rue Denison.

Conçue pour protéger les routes et les bâtiments, la plaine inondable s’étendra sur plus de deux hectares, soit environ la taille de quatre terrains de football, et pourra contenir près de 37 000 mètres cubes d’eau de crue, a précisé M. Scarpitti.

Selon lui, cette initiative pourrait permettre de réduire les coûts annuels liés aux dommages causés par les inondations d’environ 1,5 million de dollars.

Ces travaux de restauration s’étendront sur cinq ans. Ils seront financés par le gouvernement fédéral par l'intermédiaire du Fonds d’atténuation et d’adaptation en matière de catastrophes (FAAC).

Frank Scarpitti, maire de Markham, présente son plan de restauration du canal Don Mills.

Frank Scarpitti, maire de Markham, présente son plan de restauration du canal Don Mills.

Photo : Radio-Canada / Mark Boschler

Ottawa a annoncé l’octroi d’une enveloppe de 48 millions de dollars aux programmes de gestion des eaux pluviales et de contrôle des inondations de la Ville de Markham, lui permettant de financer trois projets, dont celui du canal de Don Mills.

Zone à risque

La zone industrielle a subi de lourds dégâts lors des inondations de 2005, 2014 et 2017.

Représentation de ce à quoi ressemblera le canal de Don Mills après la restauration des lieux.

Représentation de ce à quoi ressemblera le canal de Don Mills après la restauration des lieux.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

Selon une évaluation environnementale de la région, des entreprises ont été inondées à plusieurs reprises depuis le développement du terrain. Les routes de la région, y compris l’avenue Woodbine, deviennent parfois impraticables lors de fortes tempêtes.

Lors de sa construction, dans les années 1960, le canal de Don Mills a favorisé le développement de la communauté, note toutefois M. Scarpitti. Le maire reconnaît qu’aujourd’hui, celui-ci doit jouer un rôle différent et assurer la protection de ces communautés.

Blair Feltmate, directeur du Centre Intact sur l’adaptation au climat de l’Université de Waterloo, trouve que le projet proposé est un exemple des efforts d’atténuation des inondations qu’il espère voir se généraliser.

Ce grand espace vert absorbant donne à l’eau un endroit où aller, explique-t-il.

En conservant les infrastructures naturelles, on réduit les risques d’inondation, en plus de soutenir la biodiversité et une esthétique plus attrayante au sein des communautés.

Blair Feltmate, directeur du Centre Intact sur l’adaptation au climat de l’Université de Waterloo

L’expert estime que le sud du Canada a détruit de 60 à 80 % de ses infrastructures naturelles, telles que les forêts, les champs et les milieux humides, au cours des 100 dernières années. Ce taux serait de 73 % dans le sud de l’Ontario.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Incidents et catastrophes naturelles