•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un service d'aide en ligne pour adeptes de jeux vidéo conçu à Québec

Une personne allongée sur le ventre, la tête dans le creux du coude et, en gros plan, une main posée sur une console de jeux vidéo.

Plusieurs adeptes de jeux vidéo souffrent de détresse psychologique.

Photo : getty images/istockphoto / Voyagerix

Jean-François Nadeau

Un citoyen de Québec a trouvé une façon de venir en aide aux adeptes de jeux vidéo qui souffrent de détresse psychologique. Il a créé un service d’aide et d’écoute directement sur les plateformes de jeu en ligne.

Gabriel Girard, 26 ans, est éducateur spécialisé. C'est aussi un adepte de jeux vidéo. Depuis janvier, il offre son aide aux joueurs sous le pseudonyme « Intervenant Gamer ».

Ça fait plusieurs années que je suis dans le domaine et je réalise qu'on a beaucoup de problématiques, non par rapport aux jeux vidéo, mais des gens qui vont, à même les jeux vidéo, se cacher parce que c'est difficile pour eux, explique-t-il.

Sous son avatar Intervenant Gamer, Gabriel Girard joue à des jeux vidéo avec des personnes qui pourraient avoir besoin d'aide. Il tente de déterminer qui peut souffrir de détresse psychologique.

Faire le premier pas

Certains adeptes de jeux vidéo souffrent d'anxiété sociale. La peur du jugement, de ne pas être compris, les empêche souvent de faire le premier pas vers les organismes d'aide traditionnels, dans une société qui tend à diaboliser les jeux vidéo.

Ça ne donne rien de dire aux gens "Arrêtez de jouer aux jeux vidéo". Donc, je suis disponible à même les jeux. On joue ensemble, on va jaser en mode informel. Dans la mesure où la personne dit "Ça ne va pas", là, on va mettre des choses en place. On peut se parler en privé, par écrit. Tout se fait de façon confidentielle, raconte Gabriel Girard.

Présent presque tous les soirs

L'éducateur spécialisé bénévole est en ligne du lundi au jeudi de 22 h 30 à 1 h du matin.

Deux autres intervenants sont présents les samedis et dimanches soir.

Ils se voient comme un pont entre les plateformes de jeux en ligne et les organismes d'aide.

Besoins importants

En moyenne, Gabriel et ses collègues aident entre 30 et 50 personnes par mois.

Les jeunes s'identifient à Intervenant Gamer, parce que c'est un gamer. Quand ils vont parler à des intervenants, ils parlent avec un langage de gamer. Je les comprends. On fait des blagues, on utilise des acronymes qu'on connaît, et ça les met à l'aise. Ce n'est pas dans un bureau. Ils sont chez eux, ça les rassure. C'est le premier pas à faire, souligne Gabriel Girard.

L'éducateur spécialisé a eu l'idée de créer ce service d'aide après avoir visionné le documentaire Bye, où l'homme d'affaires Alexandre Taillefer tente de comprendre ce qui a poussé son fils Thomas, un adepte des jeux en ligne, à s'enlever la vie à 14 ans.

Texte réalisé à partir d'une entrevue donnée par Gabriel Girard à l'émission Première Heure.

Québec

Santé physique et mentale