•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Festival fransaskois : le plaisir de célébrer la diversité

La coordonnatrice du Festival fransaskois 2019, Marie-France Kenny, revient sur ses meilleurs moments du festival en compagnie de la reporter de Radio-Canada, Gabrielle Proulx.

Photo : Radio-Canada

Gabrielle Proulx

Le Festival fransaskois a pris fin dimanche avant-midi à Pike Lake, au sud de Saskatoon. Même si l’événement a attiré moins de participants que l’an dernier, selon les organisateurs, les festivaliers disent avoir passé un bon moment en famille ou entre amis et avoir apprécié la diversité des artistes en spectacle.

L’air détendu, Patrick Tkachuk était assis par terre au pied d’un arbre avec son amie.

À ses yeux, le spectacle de percussions du groupe de tambours burundais Abehebera, samedi, a été un des meilleurs moments au Festival fransaskois.

Patrick Tkachuk (à gauche) et Laura Atter (à droite)

Patrick Tkachuk (à gauche) en compagnie de son amie Laura Atter (à droite) lors de la clôture du Festival fransaskois.

Photo : Radio-Canada

J'aimais les batteurs hier soir. Les batteurs du Burundi. C'était vraiment bien.

Patrick Tkachuk

Plusieurs festivaliers disent avoir apprécié l’événement et surtout, ses spectacles.

Une habituée du festival reconnaît que la culture fransaskoise et francophone a été honorée par la diversité des artistes sur scène.

Dame au micro de Radio-Canada

Cette habituée du Festival fransaskois aime que la programmation des spectacles inclue des artistes de tous horizons.

Photo : Radio-Canada

« C’est beau de voir cette variété [d’artistes] », précise-t-elle.

La directrice du Conseil culturel fransaskois, qui chapeaute l’organisation de l’événement, dit qu’elle n’oubliera jamais le volet « Party de famille » de la soirée de samedi, où plusieurs membres de la communauté fransaskoise ont dansé sur scène sur un air du groupe disco Village People.

Suzanne Campagne

La directrice du Conseil culturel fransaskois, Suzanne Campagne, évalue ses options pour augmenter la participation du public au Festival fransaskois en 2020.

Photo : Radio-Canada

J'ai trouvé qu'hier soir, c'était particulièrement, un moment inoubliable [...] En voyant les Laurier Gareau, puis des Jean de Dieu [Ndayahundwa] habillés en gars de YMCA, c'était trop bon!

Suzanne Campagne, directrice du Conseil culturel fransaskois

Baisse d’achalandage

L’organisatrice du Festival fransaskois et directrice du Conseil culturel fransaskois, Suzanne Campagne, confirme une diminution de l’achalandage à l’événement.

Elle précise toutefois qu’il est encore trop tôt pour faire le décompte du nombre de participants.

En 2018, près de 650 personnes ont assisté au festival à Pike Lake.

Oui, il y a eu une baisse cette année. Il faut le dire, on a commencé notre publicité un peu tard, et puis je pense qu'il y a des gens qui avaient déjà fait leurs choix. Les Colocs ont amené des gens, qui autrement, ne seraient pas venus, mentionne-t-elle.

La coordonnatrice du Festival fransaskois, Marie-France Kenny fait le même constat.

J'ai remarqué [...] qu'au total, on avait peut-être eu moins de monde. [...] C'est quand la meilleure date pour le faire? Ça, je pense que c'est un facteur. Il faut l'annoncer d'avance, soutient-elle.

Pour augmenter la participation du public l'an prochain, Suzanne Campagne envisage de réduire le nombre d'artistes, de commencer les spectacles plus tard en soirée et de réorganiser l'espace pour créer un environnement plus « intimiste ».

La traditionnelle messe

L'archevêque de Regina, Mgr Donald Bolen, s’est déplacé jusqu’à Pike Lake dimanche pour rencontrer les festivaliers.

Une cinquantaine d’entre eux étaient venus l’écouter sous le chapiteau en matinée.

Plusieurs chanteurs du Conseil pastoral francophone interdiocésain de la Saskatchewan, dont Suzanne Campagne, ont rythmé la cérémonie.

Mgr Donald Bolen devant les festivaliers.

L'archevêque de Regina, Mgr Donald Bolen, a tenu une messe dans le cadre du Festival fransaskois.

Photo : Radio-Canada

C'est une célébration de la culture, la langue et la foi des francophones. Et la foi, c'est tout lié avec la culture et la langue. [...] D'avoir une messe avec de la musique exceptionnelle, des membres de la famille Campagne, c'est merveilleux, souligne-t-il.

Un déjeuner aux crêpes offert par le Conseil culturel fransaskois attendait les festivaliers pour la dernière journée des célébrations.

Saskatchewan

Francophonie