•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phénix : un exode de travailleurs redouté à Miramichi

Le Centre des services de paye de la fonction publique à Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

Photo : La Presse canadienne / Ron Ward

Radio-Canada

La fin des mesures incitatives pour le maintien en poste des employés des centres de paie fédéraux crée de l'inquiétude à Miramichi, au Nouveau-Brunswick. Avec les problèmes du système de paie Phénix, les conseillers en rémunération y sont débordés.

Depuis août 2017, le gouvernement fédéral offrait des mesures incitatives aux travailleurs qui tentent de réduire la montagne de problèmes créés par Phénix.

Adopté par le gouvernement conservateur de Stephen Harper en 2010, le système de paie Phénix a connu depuis de nombreux ratés, notamment des paiements insuffisants, des paiements excédentaires et parfois même une absence totale de rémunération pour des milliers de fonctionnaires fédéraux.

Mais les mesures incitatives, qui comprenaient des fonds pour recruter et retenir des spécialistes de la rémunération, comme des primes annuelles de 4000 $ et des heures supplémentaires payées à temps double, ont expiré en juin, sans que rien n'indique qu'il y aura un renouvellement.

La vice-présidente nationale exécutive de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Magali Picard, craint un exode des fonctionnaires de Miramichi.

Magali Picard dans les studios de Radio-Canada en juillet 2019.

Magali Picard, vice-présidente nationale exécutive de l'Alliance de la fonction publique du Canada.

Photo : Radio-Canada

Les gens qui ont déménagé à Miramichi pour venir prêter main-forte, ce n'est pas seulement pour la prime, mais la prime fait partie de la décision. Alors, qu'est-ce qui va arriver? Ces gens-là vont quitter, affirme-t-elle.

La situation est d'autant plus préoccupante puisque la région de Miramichi affiche le plus haut taux de chômage (11,1  %) enregistré en juin au Nouveau-Brunswick, selon Statistique Canada.

Sans ces mesures-là, je ne vois pas pourquoi un fonctionnaire déciderait de travailler avec un système qui ne fonctionne pas, avec une pression épouvantable.

Magali Picard, Alliance de la fonction publique du Canada

Selon le syndicat, ce sont environ 500 000 dossiers qui sont en attente de traitement à Miramichi.

Récemment, le gouvernement a annoncé que le système de rémunération Phénix resterait en vigueur jusqu'en 2023.

D’après le reportage de Marielle Guimond

Nouveau-Brunswick

Emploi