•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les changements climatiques pourraient faire de l’Okanagan un paradis de la pistache

Des pistaches dans un bol

Les pistaches et les amandes pourraient bien faire partie des prochains végétaux cultivés dans l'Okanagan.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La hausse des températures estivales dans la vallée de l’Okanagan forcent les cultivateurs à adapter leur production. Une chercheuse va jusqu’à penser que la pistache pourrait s’imposer d’ici quelques décennies.

Selon l’agroécologiste Kirsten Hannam, du Centre de recherche et de développement de Summerland, d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, les changements climatiques permettent d’envisager la culture de végétaux traditionnellement cultivés en climat méditerranéen, comme la pistache et l’amande.

Elle précise toutefois qu’il faudra attendre que les températures soient suffisamment élevées, et ce, pendant une période suffisamment longue de l’année.

Un changement perceptible

Si la possibilité de s’approvisionner en pistaches locales est encore « une théorie plausible », pour la chercheuse, il ne fait aucun doute que les changements climatiques ont déjà un effet sur les différentes cultures de la région, à commencer par leur emplacement géographique.

« Les cerises, par exemple, poussent plus au nord et plus haut dans la vallée qu’elles le faisaient avant », explique-t-elle.

Mme Hannam précise qu’Agriculture et Agroalimentaire Canada enregistre des températures plus élevées que par le passé dans le sud et l’intérieur de la province.

« Au cours des dernières décennies, le nombre de jours où le mercure dépasse les 35 degrés Celsius est de plus en plus élevé, et le nombre de ceux où le thermomètre passe au-dessous de 10 degrés en hiver diminue. »

Cela rendra la pistache attrayante d’ici quelques décennies, « si on considère que la température de culture idéale de la pistache est de 38 degrés en période de croissance », soutient Kirsten Hannam.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Changements climatiques