•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une collecte satisfaisante un mois après le lancement du compostage en Abitibi

Des pelures d'orange, des coquilles d’œufs et des sachets de thé ont été jetés dans le bac.

Un bac à compost

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Radio-Canada

La MRC d'Abitibi estime avoir atteint un résultat satisfaisant, un mois après le lancement de la collecte du compost.

Près de 90 tonnes de matières organiques sur un objectif de 100 tonnes ont été reçues dans 12 municipalités participantes.

Avant de lancer sa démarche, la MRC a tenu plusieurs séances publiques d'information et a procédé à la distribution de centaines de bacs bruns aux citoyens.

Au départ, il y a des orientations provinciales qui nous amènent vers un bannissement de l'enfouissement des matières organiques. Donc, il fallait sortir la matière organique du bac vert et la mettre ailleurs. Sur notre territoire, on a étudié différentes options et les 12 municipalités qui font partie du projet ont choisi la plateforme de compostage, explique le coordonnateur en environnement à la MRC Abitibi, Steven Maheux.

Il s'attend d’ailleurs à recevoir des quantités plus importantes de compost avec l'adhésion prochaine des sept autres municipalités de la MRC.

Steven Maheux rappelle que l'objectif de la MRC est de revaloriser les matières organiques, d’où l’idée de les redistribuer.

L'intention avec un compost de qualité, c'est de le redistribuer. On n'a pas encore défini comment. Ce sont des décisions qui vont être prises au niveau des partenaires de la plateforme. On veut pouvoir le redonner à l'ensemble de la population et on a aussi d'autres options possibles [qui seront annoncées au moment voulu].

La plateforme de compostage, l'endroit où le compost est déposé, se situe à Amos.

Québec prévoit bannir l'enfouissement des matières organiques en 2020.

Abitibi–Témiscamingue

Matières résiduelles