•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Québécois à la découverte des Fransaskois au Festival à Pike Lake

Guy Pilote devant sa fourgonnette au terrain de camping

Guy Pilote, au Festival fransaskois

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Guy Pilote, le Québécois à la  découverte de la réalité des minorités francophones, s’est arrêté au Festival fransaskois cette fin de semaine. C’est la première fois que le Shawiniganais traverse le pays et il est fasciné par ce qu’il découvre. 

Sa fourgonnette, dans laquelle il vit pour son voyage d’environ trois mois, est stationnée dans le terrain de camping dédié au festival au parc provincial de Pike Lake. Il est entouré de campeurs fransaskois.

Ce n’était pas prévu qu’il s’arrête au Festival fransaskois au parc provincial tout près de Saskatoon, mais le destin en a voulu autrement. 

C’est comme ça que je voyage d’un contact à l’autre. Des fois, je me fais un plan et ce n’est pas ça du tout. Je rencontre des gens qui m’envoient ailleurs. C’est merveilleux. Je ne devais pas être ici en fin de semaine, je ne savais pas que ça existait. Je suis arrivé à Regina, on m’a parlé du Festival et c’est fantastique! 

La déclaration tenue en octobre dernier par la journaliste, écrivaine et essayiste Denise Bombardier à l'émission Tout le monde en parle sur la disparition des communautés francophones et les compressions en francophonie ontarienne ont motivé son voyage. 

Moi, ça m’a fait prendre conscience qu’il y avait une francophonie [hors Québec]. Je pense, au Québec, il y a très peu de gens qui savent à quel point il y en a une.

Les rencontres de Fransaskois au Festival se sont multipliées. Dans les quelques heures passées avec lui, il a discuté avec Laurier Gareau au sujet de l’histoire des francophones de l’Ouest, Julien Gaudet un leader jeunesse et il s’est fait inviter à Delmas par le fermier Martin Prince. 

Guy Pilote documente ses rencontres dans un blogue intitulé « Rouler Franco » pour entre autres sensibiliser les Québécois. 

Quand il est parti, c’était une expérience assez personnelle. Il s’aperçoit maintenant que son voyage intéresse les gens. Il songe maintenant à ce qu’il peut faire après pour faire fructifier ce qu’il apprend.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !