•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Hamilton s'excuse pour la « douleur et la peur » ressenties par la communauté LGBTQ+

Un homme en discussion avec une jeune femme.

Le maire de Hamilton, Fred Eisenberger, a déclaré que la réunion était une première étape vers une meilleure compréhension avec les membres LGBTQ+ de Hamilton.

Photo : Radio-Canada / Samantha Craggs

Radio-Canada

Le maire de Hamilton, Fred Eisenberger, a présenté ses excuses à la suite des violences qui ont eu lieu lors des célébrations de la fierté gaie à Hamilton, lorsqu’une dizaine de manifestants anti-LGBT+ avaient perturbé le défilé.

Les excuses ont été formulées après une réunion avec des membres de la communauté organisée par le maire dans le but d’améliorer les relations tendues entre la ville et ses résidents LGBTQ.

Je suis désolé pour la douleur et la peur ressenties par les communautés bispirituelles et LGBTQ +, leurs amis et alliés lors des événements de la Fierté et que beaucoup ressentent encore, a déclaré Fred Eisenberger dans un communiqué de presse publié après la réunion de vendredi après-midi.

Les participants aux célébrations de la fierté gaie forment un cercle autour des manifestants anti-LGBTQ+.

Les participants aux célébrations de la fierté gaie forment un cercle autour des manifestants anti-LGBTQ+.

Photo : Radio-Canada / Natasha Macdonald-Dupuis

Le maire a déclaré que la réunion était une première étape vers une meilleure compréhension avec les membres LGBTQ+ de Hamilton.

La réunion d'aujourd'hui a été positive et constructive, a déclaré Fred Eisenberger.

J'ai écouté, j'ai appris et j'ai hâte de poursuivre le dialogue.

Fred Eisenberger, maire de Hamilton

Le communiqué n'a pas précisé qui a assisté à la réunion.

Boycottage de certains membres LGBTQ+

La réunion a peut-être été positive, mais les tentatives d’organisation du rassemblement ont connu des débuts difficiles, plusieurs invités ayant déclaré qu’ils n’y participeraient pas.

Cameron Kroetsch, qui préside le comité consultatif LGBTQ du conseil municipal, a exhorté toutes les personnes invitées à refuser l'invitation, ajoutant que la réunion n'avait pas d'ordre du jour ni de liste partagée d'invités et qu'elle se déroulerait selon les conditions du maire.

Vue en contre-plongé de plein de pancartes sur le perron d'une maison, avec des gens qui manifestent derrière.

Les manifestants devant la maison du maire de Hamilton, Fred Eisenberger. Photo prise de l'intérieur de la demeure.

Photo : Twitter - Fred Eisenberger

Dans une série de tweets, il a également appelé la police à s'excuser pour la façon dont elle avait géré les violents affrontements entre manifestants et contre-manifestants à Hamilton lors du défilé de la Fierté.

La communauté LGBTQIA+ affirme que l'intervention du corps policier et la réponse de la ville ont été timides compte tenu des circonstances.

Un rapport de la police sera déposé

De son côté, la police de Hamilton affirme avoir fait son travail.

Vendredi, Fred Eisenberger a déclaré dans un tweet qu’un rapport du chef de la police de Hamilton sera déposé à la prochaine réunion du conseil de police et que les membres du conseil pourraient poser des questions.

Deux représentantes de l'organisme YWCA de Hamilton ont également refusé leur participation à la réunion.

Violetta Nikolskaya, qui est également membre du comité consultatif LGBTQ, et Jyssika Russell, ont déclaré ne pas y avoir assisté pour plusieurs raisons, notamment qu'aucune femme transgenre ou personne non binaire n'avait été invitée.

Dans une déclaration publiée sur Twitter, elles ont également déclaré que la réponse de la Ville aux problèmes rencontrés par la communauté LGBTQ avait été au mieux réactionnaire, au pire ennemie.

Fred Eisenberger a provoqué la colère des gens avec ce que certains ont qualifié de silence dans les jours qui ont suivi la violence de la Fierté. Les tensions ont encore été exacerbées lors d'une réunion du conseil municipal la semaine dernière, lorsque le maire a expulsé du conseil des personnes qui criaient aux commentaires du conseiller municipal Sam Merulla.

Toronto

Communauté LGBTQ+