•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baleines noires empêtrées : les pêcheurs ne veulent pas être montrés du doigt

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des casiers à homard en métal.

Des casiers à homard en métal utilisés par des pêcheurs.

Photo : Radio-Canada / CBC/Robert Short

Radio-Canada

La découverte de trois baleines noires de l’Atlantique Nord empêtrées dans des cordages de pêche dans le golfe du Saint-Laurent inquiète les pêcheurs du Nouveau-Brunswick.

Jean Lanteigne, directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels (FRAPP), s’est dit affecté par ces événements, mais aussi surpris, car les saisons de la pêche au crabe et au homard sont terminées.

M. Lanteigne évoque la possibilité que d’anciens engins de pêche perdus en mer soient en cause. Maintenant, nos câbles sont identifiés, alors on aura une chance de savoir d'où ça vient, indique-t-il.

En une semaine, trois baleines noires de l’Atlantique Nord enchevêtrées dans de l’équipement de pêche ont été signalées, deux au large de l’île de Miscou au Nouveau-Brunswick, et l’autre au Québec, au large des côtes de la Gaspésie.

L’empêtrement dans des cordages ou des engins de pêche est une importante cause de mortalité chez les baleines noires de l’Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition dont il ne resterait qu’environ 400 individus.

L'important pour nous, c'est qu'on réussisse à être capables de désempêtrer ces baleines-là pour qu'elles ne meurent pas. Ça, c'est la préoccupation numéro un qu'on a, parce qu'on ne voudrait pas être montrés du doigt encore une fois.

Jean Lanteigne, directeur général, FRAPP

Il y a plusieurs causes possibles à la perte malencontreuse d'engins de pêche, explique Jean Lanteigne. Des casiers perdus dans le fond de l'eau, il y en a certainement des milliers, remarque-t-il.

M. Lanteigne explique qu’il y a une volonté chez les pêcheurs de récupérer ces engins de pêche, une tâche qui, admet-il, serait titanesque.

On a suggéré au ministère [des Pêches et des Océans] un programme, dit-il. On aimerait bien être capables d'aller nettoyer le fond le plus possible, pour enlever tout ce qu'il pourrait y avoir comme ancien équipement de pêche dans le golfe.

Plusieurs concepts sont à l’étude, indique M. Lanteigne.

D’après le reportage de Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !