•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des membres de Desjardins réclament de nouveaux numéros d'assurance sociale

La devanture d'une succursale du Mouvement Desjardins.

Le Mouvement Desjardins compte près de 7 millions de membres.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

David Rémillard

De nombreux membres de Desjardins comptant parmi les victimes du vol massif de données personnelles se regroupent autour d'une pétition et réclament la possibilité de changer leur numéro d'assurance sociale (NAS).

Pierre Langlois, un citoyen de Québec, a lancé la pétition (Nouvelle fenêtre) en ligne il y a six jours. Déjà, plus de 50 000 personnes y ont apposé leur signature.

Selon M. Langlois, la fuite de données touchant près de 3 millions de personnes ou entreprises fait courir un risque de vol d'identité sévère pour tous ces citoyens, et cela, pour la vie complète.

Nous demandons que le gouvernement propose une solution rapide à ce problème, pouvant inclure le remplacement du numéro d'assurance sociale de tous ceux qui ont été victimes de ce vol, qui sont connus et facilement identifiables.

Pierre Langlois, instigateur de la pétition

Selon les signataires, le gouvernement a la responsabilité de ne pas abandonner les membres de Desjardins.

Le remplacement des NAS subtilisés serait la moindre des actions que le gouvernent canadien devrait mettre en œuvre pour redonner une certaine quiétude aux victimes.

Désuet?

Pierre Langlois, sans être un expert, estime que le numéro d'assurance sociale est un outil désuet.

Le seul moyen de sécurité qu'il y a sur ce numéro-là, c'est la confidentialité. Mais du même coup le gouvernement nous oblige à le donner à tous nos employeurs, à la banque, sur nos documents. C'est simplement désuet, a-t-il dit en entrevue téléphonique à Radio-Canada.

Si quelque chose peut sortir de bien de tout cet événement-là, c'est que nos gouvernements se réveillent et prennent des mesures à court terme.

Pierre Langlois

Le citoyen a déjà interpellé les différents partis politiques fédéraux, qui seront en campagne électorale prochainement, pour connaître leur avis sur la situation.

M. Langlois estime que des mesures doivent être prises pour éviter de nouveaux cas comme celui de Desjardins.

Le fédéral en soutien à l'AMF

Contacté par Radio-Canada, le cabinet du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, n'a pas accepté ni refusé la demande.

Le gouvernement du Canada est déterminé à protéger les numéros d’assurance sociale contre la fraude et l’usage inapproprié, ainsi qu’à protéger la vie privée des Canadiens. Nous estimons que toute atteinte à la sécurité touchant les renseignements relatifs aux numéros d’assurance sociale est très grave, a réagi un membre du cabinet par courriel.

Notre gouvernement est en communication avec l’Autorité des marchés financiers (AMF) afin d’offrir tout le support nécessaire dans ce dossier, a-t-on ajouté.

Québec

Cybersécurité