•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garde côtière : les pièces d'un nouveau navire utilisées pour en réparer un autre

Un grand navire rouge et blanc.

Le Sir John Franklin pèse 3247 tonnes.

Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon

La Presse canadienne

De nouveaux documents montrent qu'un chantier naval de Vancouver a pu livrer le premier des trois nouveaux navires scientifiques de la Garde côtière canadienne, la semaine dernière, en cannibalisant les pièces de l'un des deux autres navires à des fins de réparation.

Le raccommodage du NGCC Sir John Franklin a été effectué par les chantiers navals de Seaspan, à Vancouver, à la suite de sa collision avec le brise-lames d'Ogden Point, à proximité de Victoria, en mars dernier. L'impact avait endommagé son gouvernail et son arbre d'hélice principal.

Le navire, qui sera employé par des scientifiques du gouvernement fédéral pour mener des recherches sur les stocks de poissons, revenait de son premier jour d'essais en mer lorsque la collision s'est produite. L'accident a fait craindre davantage de retards dans sa livraison.

La garde côtière devait entrer en possession du NGCC Sir John Franklin en 2017, mais la découverte de défauts de soudure avait chamboulé l'échéancier.

La facture pour la construction de ces trois navires dits hauturiers de sciences halieutiques doit s'élever à 687 millions de dollars.

Selon des courriels internes obtenus par la Presse canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, les hauts responsables de la Garde côtière ont essayé tant bien que mal d'obtenir des explications dans la foulée de la collision, dont la cause n'a toujours pas été révélée.

Des photos prises par un passant et transmises entre autres par le commissaire de la Garde côtière canadienne, Jeffery Hutchsinson, montrent une grande bosselure sur le Franklin.

Quelques semaines plus tard, le sous-commissaire Andy Smith a écrit à Timothy Sargent, le plus haut fonctionnaire du ministère fédéral des Pêches, pour lui annoncer que le gouvernail et l'arbre d'hélice du Franklin étaient « tordus ».

La solution? Seaspan comptait utiliser des pièces du troisième navire, le NGCC John Cabot, pour réparer le premier et le remettre à l'eau.

Le Franklin a été officiellement remis le 27 juin, lors d'une cérémonie à laquelle ont participé le ministre des Pêches, Jonathan Wilkinson, et des dizaines de représentants de la Garde côtière et de l'industrie.

Il s'agit du premier navire livré dans le cadre du plan de construction navale de plusieurs milliards de dollars du gouvernement fédéral, lancé en 2011.

Le gouvernement dit s'attendre à recevoir les deuxième et troisième navires dits hauturiers de sciences halieutiques – le Capitaine Jacques Cartier et le John Cabot – à la fin de 2019 et durant l'été 2020, respectivement.

Le porte-parole des chantiers navals de Seaspan, James Mitchell, affirme que la décision d'utiliser des pièces du Cabot pour réparer le Franklin ne retarderait pas la livraison de ce troisième navire.

Il n'a pas précisé comment le chantier envisage de remplacer le gouvernail et l'arbre d'hélice endommagés, mais le porte-parole de la Garde côtière canadienne Benoît Mayrand ne fait état d' « aucune incidence financière » pour le gouvernement.

Politique fédérale

Politique