•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto abandonne ses centres de rafraîchissement et opte pour une nouvelle stratégie

Un homme se met la tête dans l'eau d'une fontaine pour se rafraîchir.

Toronto a répertorié environ 270 endroits où les gens peuvent se rafraîchir à tout moment.

Photo : La Presse canadienne / Darren Calabrese

Radio-Canada

Alors que Toronto transpire durant l'été, la Ville a changé de stratégie pour faire face aux températures élevées, mais une infirmière s'inquiète de l'impact sur les populations vulnérables.

Au lieu d’exploiter sept centres de rafraîchissement spécifiques pendant les périodes de chaleur extrême, la Ville de Toronto a répertorié environ 270 endroits où les gens peuvent se rafraîchir à tout moment, comme des centres communautaires, des bibliothèques, des piscines, des centres commerciaux et des refuges.

Par ailleurs, la Ville n'émettra plus ses propres avertissements de chaleur, préférant promouvoir les alertes météorologiques d'Environnement Canada pour éviter la duplication et la confusion.

Un homme est assis dans l'herbe au soleil près d'un fauteuil roulant.

Durant les vagues de chaleurs, il est conseillé d'éviter de s'exposer directement au soleil et de privilégier les endroits ombragés.

Photo : Radio-Canada / MATEO GARCIA-TREMBLAY

Les anciens centres de rafraîchissement, ouverts pendant les avertissements de chaleur prolongés, étaient des lieux climatisés dotés d'un personnel qualifié. L’un des centres fonctionnait 24 heures sur 24 pendant toute la durée de l’alerte, tandis que les autres étaient ouverts de 11 h à 19 h.

Désormais, les installations qui servaient auparavant de centres de rafraîchissement spécifiques feront partie d'un nouveau « réseau de rafraîchissement suivant des heures d'ouverture régulières, a déclaré la Ville.

Nous aurons maintenant beaucoup plus d'endroits où les gens peuvent aller, beaucoup d'entre eux sont plus proches de là où les gens vivent, a déclaré le maire John Tory vendredi.

Une infirmière inquiète

Cependant, l’infirmière Roxie Danielson s’inquiète des répercussions de la nouvelle stratégie municipale sur les populations vulnérables, telles que les sans-abri.

Selon elle, de nombreux sites du réseau, tels que les pataugeuses ou les centres commerciaux, ne sont tout simplement pas accessibles aux populations vulnérables.

Une femme dans un jardin.

Une infirmière est préoccupée par la nouvelle stratégie municipale.

Photo : CBC / Richard Agecoutay

Certains de nos citoyens sont expulsés de ces lieux par la sécurité, ils se sentent victimes de discrimination, a déclaré Roxie Danielson, qui souhaiterait que la Ville revienne aux centres de rafraîchissement qui avaient l'habitude d'avoir du personnel, des collations saines, des bouteilles d'eau et des ressources accessibles, a-t-elle indiqué.

Elle ajoute par ailleurs que la plupart des endroits du réseau ne sont pas ouverts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à l'exception des refuges et des centres de secours qui sont déjà surpeuplés.

Une stratégie proactive

La santé publique de Toronto affirme cependant avoir mis à l'essai une stratégie proactive pour aider les personnes vulnérables pendant les vagues de chaleur.

Des membres du personnel, qui étaient autrefois eux-mêmes des sans-abri, parleront aux gens autour des centres d'accueil, des refuges et des sites de secours, pour leur fournir des ressources et éventuellement les guider vers d'autres endroits pour se rafraîchir.

L'accent sera mis sur des lieux publics familiers proches de là où se trouvent les personnes vulnérables, précise un document municipal.

Un porte-parole de la santé publique de Toronto a déclaré que le changement de stratégie n'était pas lié aux coupes budgétaires et que le nouveau réseau avait été créé l'année dernière.

Le meilleur moyen de lutter contre les effets de la chaleur est d’améliorer l’accès au rafraîchissement en se basant sur des services préexistants déjà utilisés par le public, indique un rapport du médecin hygiéniste en chef de Toronto adressé à la santé publique de la ville.

Arrêt des alertes

Les alertes d'Environnement Canada sont déjà largement diffusées, a déclaré la Ville pour expliquer sa décision d'arrêter d'émettre ses propres alertes.

La Municipalité a annoncé qu'elle ferait toutefois la promotion des alertes d'Environnement Canada par le biais des médias sociaux, des médias traditionnels et des mises à jour du personnel.

Une carte des lieux de récupération est disponible sur le site Internet de la ville.

Des ressources éducatives sur la chaleur et la santé seront également distribuées aux membres du réseau de secours de la chaleur, indique un document de la ville.

Toronto

Conditions météorologiques