•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l'argent canadien désinvesti de firmes liées à la détention de migrants aux É.-U.

Un drapeau américain flottant au-dessus d'un centre de détention protégé par des fils barbelés dans la ville de Clint, au Texas, non loin de la frontière avec le Mexique.

Les centres de détention de migrants ont mauvaise presse ces jours-ci aux États-Unis tandis qu'il sont décrits comme insalubres et surpeuplés.

Photo : Getty Images / Mario Tama

Radio-Canada

L'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC) a discrètement pris ses distances de deux gestionnaires pénitenciers privés, responsables de la détention de milliers de migrants à la frontière américaine près du Mexique.

Selon le quotidien britannique The Guardian, l'OIRPC, qui investit les contributions excédentaires de près de 20 millions d'employés et de leurs employeurs pour le Régime de pensions du Canada (RPC), avait investi près de 5,9 millions de dollars en actions dans Geo Group et CoreCivic, les deux principaux gestionnaires des centres de détention de migrants aux États-Unis.

Ce revirement, qui n’a pas été publiquement annoncé par l'OIRPC, a toutefois été repéré par le député fédéral de Timmins—Baie James, le néo-démocrate Charlie Angus, qui suit ce dossier de près.

En octobre dernier, M. Angus avait questionné le ministre des Finances Bill Morneau à la Chambre des communes sur ces investissements controversés. Toutes les institutions canadiennes doivent respecter des normes d’éthiques supérieures, y compris l'OIRPC, a répliqué M. Morneau, soulignant cependant que cette instance gérait ses investissements de façon « indépendante » du gouvernement.

Dans une lettre envoyée jeudi au président de l'OIRPC, Mark Machin, M. Angus appelle l’institution canadienne à rendre publique sa décision de se désinvestir de ces compagnies et à prendre position contre les investissements « non éthiques ».

Il affirme, par ailleurs, avoir repéré ce désinvestissement en consultant les déclarations de l'OIRPC auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur de la bourse américaine, qui n’incluent plus les noms de Geo Groupet CoreCivic.

Ce changement est bienvenu. Je suis extrêmement satisfait de voir que les fonds de retraite des Canadiens ne serviront plus à appuyer ces compagnies cruelles et non éthiques.

Extrait de la lettre du député Charlie Angus

En février 2019, le Nouveau Parti démocratique a proposé un projet de loi (C-431) pour modifier « les principes, normes et procédures en matière de placements établis par l'OIRPC ».

Plusieurs organismes américains ont dénoncé au cours des derniers mois les centres de détention des migrants à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, qui sont décrits comme surpeuplés et insalubres.

Le 25 juin dernier, le commissaire intérimaire de l'Agence des douanes et de la protection des frontières (CBP), John Sanders, a présenté sa démission, en pleine polémique sur le traitement alarmant réservé aux enfants migrants en détention.

Avec les informations de The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique