•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Est-ce que ma francophonie isn’t good enough for you? »

Quatre jeunes femmes et deux jeunes hommes se tiennent par les épaules et sourient pour le photographe.

Un atelier de trois heures sur l'insécurité linguistique a été offert à une quarantaine de jeunes francophones de Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Marylene Tetu

Marylène Têtu

Pour la Vancouvéroise, Sika, 18 ans, son insécurité linguistique vient du fait qu’elle a grandi au Bahamas avant de déménager en Colombie-Britannique à l’âge de 8 ans, et a fait son entrée dans le système scolaire francophone en 3e année. Elle l'a exprimé en compagnie d'une quarantaine d'autres jeunes lors d'un atelier à Sechelt.

« Quand on me corrige, je deviens silencieuse », précise la jeune fille. « Mais en faisant cet atelier, je réalise que plein de gens font plein de fautes ».

Quatre jeunes femmes souriantes se tiennent les épaules et sourient pour l'objectif.

Pascale, Sika, Laeticia et Chloé ont partagé leurs expériences sur les préjugés qu'ont certaines personnes vis-à-vis le français parlé par les jeunes francophones en milieu minoritaire.

Photo : Radio-Canada / Marylene Tetu

Ce constat est le même pour plusieurs jeunes parmi la quarantaine de participants, âgés de 14 à 25 ans, qui ont pris part à un atelier sur l’insécurité linguistique présenté par Suzanne Robillard, sociolinguiste, lors de la cinquième SAGA.

La SAGA est l'assemblée générale annuelle du Conseil jeunesse francophone de la Colombie-Britannique. Elle se déroule dans différentes villes de la province depuis cinq ans. En 2019, le thème choisi est l'art engagé.

Pour sa part, Charlotte, 19 ans, se sent plus a l’aise et plus fière de parler en français qu’auparavant. Elle croit que son expérience à la SAGA 2018 lui a permis de se sentir moins gênée en raison de son accent.

À la recherche d’un français idéal

Au cours de cet atelier de trois heures, la timidité fait place au partage. Les jeunes réalisent qu'ils sont nombreux à avoir vécu des expériences qui ont créé un sentiment d'inconfort en eux face à leur accent, ou leur mélange du français et de l'anglais.

Entre deux activités, Suzanne Robillard explique aux jeunes que le contexte politique canadien fait en sorte que c’est moins bien vu quand on « mix » les langages, pourtant, ajoute-t-elle « c’est un atout et ça démontre des qualités cognitives ».

« Si je suis en France on pense que je suis Québécois et quand je suis au Québec on ne pense pas que je suis francophone » indique Noah, 23 ans, de Victoria. Il a vécu quelques mois au Québec et un an en France.

Un jeune homme dans la vingtaine affiche un air pensif.

Noah Rondeau croit qu'il faut créer des espaces pour que les jeunes puissent s'exprimer en français ailleurs que dans un cadre académique ou quelques activités organisées.

Photo : Radio-Canada / Marylene Tetu

Selon la sociolinguiste Suzanne Robillard, le plus grand défi auquel font face les jeunes francophones en Colombie-Britannique est de « passer par dessus l’insécurité et qu'ils ne se sentent pas inconfortables ».

Elle ajoute que les jeunes enfants ne sont pas inquiets face à leur façon de parler, mais quand ils sortent de leur sphère et qu'ils reçoivent des commentaires, ils réalisent que leur français n'est pas comme celui des francophones au Québec ou en France.

« J’ai des amis en immersion française qui n’osent pas me parler en français, car ils pensent que leur français est moins bien que le mien », indique William Roberston, un des membres du comité sur l’insécurité linguistique.

Un avenir prometteur

Plusieurs ont partagé un message d'espoir lors de l'activité qui terminait cet atelier sur l'insécurité linguistique.

Originaire de Lyon et établie à North Vancouver depuis deux ans, Adria, 15 ans, croit qu'il y a un bel avenir pour le français dans la province et que de plus en plus de gens vont le parler.

Pour Louis, 15 ans, de Pencticton, c'est important de parler français le plus possible, parce qu'il vit dans une plus petite communauté, « une communauté petite et dynamique ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Francophonie