•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vélos JUMP mal stationnés : la mairesse Plante menace la filiale d’Uber

Un vélo électrique accroché à un panneau de signalisation.

Malgré une interdiction municipale, des vélos JUMP se retrouvent contre un arbre ou un panneau de signalisation.

Photo : Radio-Canada

Romain Schué

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, hausse le ton contre la filiale d’Uber qui offre depuis quelques jours des vélos électriques dans les rues de la métropole. Malgré un règlement jugé « sévère », la Ville dénonce de nombreuses infractions et menace, déjà, de retirer le permis octroyé.

Port du casque manquant, vélos attachés à un arbre, à un panneau de signalisation, à une clôture ou encore délaissés sur un trottoir : en moins de deux semaines, les exemples sont nombreux et agacent les élus montréalais.

On voit beaucoup de délinquance, a indiqué vendredi Valérie Plante, tout en évoquant la possibilité de remettre en question le permis octroyé à cette filiale d’Uber.

Ce qu’on veut, c’est responsabiliser et faire en sorte que ce sont les compagnies qui gèrent ces appareils-là qui prennent leurs responsabilités, qu’[elles] éduquent leur monde, qu’[elles] s’organisent pour que ce soit bien fait. Sinon, il n'y en aura plus de permis. C’est aussi simple que ça.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

C’est à l’opérateur de se responsabiliser et de s’assurer que ça n’arrive pas, a de son côté souligné Éric Alan Caldwell, responsable du transport au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Ce dernier a indiqué avoir pris contact avec Uber pour régler une situation qui n’est pas à la hauteur de nos attentes, a-t-il précisé.

Ce n’est pas une épidémie, ce n’est pas une catastrophe, a-t-il cependant nuancé. Au contraire, ça se passe généralement bien, mais on est sévère. On veut encadrer cette nouvelle forme de mobilité, on veut que ça marche.

Une femme sur l'un des vélos électriques d'Uber.

Les utilisateurs de ces vélos JUMP doivent impérativement porter un casque.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Uber admet des problèmes

Par voie de communiqué, Uber reconnaît les problèmes soulevés par la Ville de Montréal. Tout en évoquant un « réel enthousiasme » pour ces vélos, l'entreprise admet avoir « observé des comportements qui vont à l'encontre de nos règles et de notre engagement envers la Ville de Montréal ». Des avertissements et des amendes seront « très bientôt émis aux contrevenants », ajoute Uber.

Par ailleurs, depuis la mise en service de ces vélos électriques « les utilisateurs de Montréal ont totalisé plus de 10 000 voyages d'une moyenne de 3,4 km », est-il mentionné. Seulement « 15 % des utilisateurs sont des touristes », précise-t-on.

Aucune amende distribuée pour le moment

En vertu d’un règlement municipal dévoilé en mars, ces véhicules non immatriculés, dotés d’un moteur de 350 watts, sont limités à une vitesse de 32 km/h. Le port du casque est obligatoire pour les usagers, et ces vélos doivent impérativement être attachés, après utilisation, à un support public.

Ces bicyclettes électriques, disponibles depuis le 26 juin, peuvent aussi être garées dans l’une des zones spécialement créées pour ce type de service, dans l’arrondissement de Ville-Marie.

Dans le cas contraire, des amendes peuvent être imposées, mais aucune n’a à ce jour été distribuée. S’il faut, ça viendra, a affirmé Éric Alan Caldwell, tout en mentionnant que la responsabilité de déplacer ces véhicules dans des lieux appropriés incombe à l'opérateur.

On a les moyens de sévir, a ajouté Valérie Plante.

Actuellement, « quelques centaines » de ces vélos sont disponibles dans neuf arrondissements montréalais. Le chiffre précis n’a pas été communiqué par Uber, malgré les demandes de Radio-Canada.

Deux hommes portant des casques, circulant sur une piste cyclable sur leurs trottinettes. Ils sont l'un à l'arrière de l'autre. On peut voir de la végétation des deux côtés de la route pavée.

Un projet pilote a été mis en place sur le campus de l'Université de Waterloo, en Ontario, avec les trottinettes électriques de l'entreprise Lime.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Pas de trottinettes électriques pour le moment

Alors que Québec a récemment donné son feu vert pour l’implantation d’un projet pilote visant les trottinettes électriques en libre-service à Montréal, dès le 6 juillet, la métropole a tenu à modérer les attentes.

Il n’y aura pas, dans les prochains jours, de tels engins dans les rues montréalaises, a soutenu Éric Alan Caldwell.

La demande faite par Lime, une société appartenant à Google, est toujours « sous analyse », a confié l’élu, précisant que les délais varieront selon « la qualité du dossier soumis ».

Montréal souhaite notamment éviter les problèmes qu'affronte Paris, où l’on observe de nombreuses trottinettes abandonnées sur les trottoirs. Un projet pilote a d'ailleurs été lancé avec ces trottinettes sans ancrage sur le campus d'une université en Ontario.

Avec la collaboration de Jean-Sébastien Cloutier

Grand Montréal

Transports