•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étude évalue les doses de dérivés de cannabis à prescrire aux jeunes épileptiques

Deux toutous entourent une bouteille d'huile de cannabis.

Le taux de THC dans le sang des enfants a été suivi tout au long de l’étude.

Photo : Radio-Canada / Chantal Srivastava

Radio-Canada

Une étude de l’Université de la Saskatchewan propose certains jalons aux médecins pour déterminer la dose d’huile à base de cannabis appropriée à prescrire afin de réduire les crises chez des enfants souffrant de formes graves d’épilepsie.

L’étude, publiée dans le journal Frontiers in Neurology, a été menée sur sept enfants atteints de formes graves d’épilepsie et qui ne sont pas soulagés par les médicaments actuellement sur le marché.

C’est le cas de Ben, un garçon de 9 ans, de Prince Albert, qui est atteint du syndrome de Lennox-Gastaut.

Malgré la prise de médicaments, il pouvait avoir 150 crises certaines journées, indique un communiqué du groupe de recherche.

« Ben était léthargique, il restait couché et faisait des crises toute la journée. Il ne voulait même plus se nourrir », explique sa mère, Allyssa Sanderson.

Certains effets

Des études montrent un lien entre la prise d'une huile composée principalement de cannabidiol (CBD) et d’une faible dose de tétrahydrocannabinol (THC), deux composantes tirées du cannabis, et la réduction de la fréquence des crises chez ces jeunes épileptiques.

Toutefois, plusieurs d'entre eux ne reçoivent pas ce traitement parce que les médecins n'ont pas suffisamment d'information relativement aux doses appropriées.

Certains centres de santé sont aussi réticents à cause du risque d’intoxication au THC, explique l’équipe de recherche.

L’étude a montré qu’en fonction de leur poids, avec deux doses quotidiennes de 5 à 6 mg de cette huile par kilogramme, les crises avaient diminué de moitié chez la plupart des enfants.

Avec des doses de 10 à 12 mg, les crises ont diminué de plus de moitié chez tous les enfants.

Les crises ont disparu

Pour Ben et deux autres enfants, les crises ont complètement disparu.

« Je voyais des changements chaque jour [chez Ben]. Sa personnalité ressurgissait. Il devenait plus fort. Je crois que cette étude est l’une des meilleures choses qui puissent se produire pour les enfants épileptiques », dit Allyssa Sanderson.

Le chercheur principal, le Dr Richard Huntsman, explique que le taux de THC dans le sang des enfants a été suivi tout au long de l’étude.

« La contribution de cette étude est de fournir des indications sur le dosage et de montrer que nous n’avons pas besoin de nous inquiéter d’une intoxication au THC », ajoute-t-il.

Richard Huntsman espère que cette étude va ouvrir la voie à une plus grande utilisation de ce traitement au Canada pour ces types d’épilepsie.

Cette étude a été financée par la Fondation de l’Hôpital Jim-Pattison et la Fondation Saskatchewan pour la recherche en Santé.

Richard Huntsman dit qu'il est en pourparlers avec un réseau de chercheurs pour reproduire l’étude à l'échelle internationale.

Saskatchewan

Médecine