•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parcs Canada et la Première Nation de Timiskaming se partagent la gestion lieu historique Obadjiwan

Annonce sur la cogestion d'Obadjiwan-Fort-Témiscamingue entre le gouvernement fédéral et la Première Nation de Témiscamingue.

Annonce sur la cogestion d'Obadjiwan-Fort-Témiscamingue entre le gouvernement fédéral et la Première Nation de Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

La moitié du lieu historique national d'Obadjiwan-Fort-Témicamingue appartient désormais aux Algonquins de la Première Nation de Timiskaming. La signature de cette entente fiduciaire a été annoncée vendredi sur le site du lieu historique fréquenté par les Anichinabés depuis plus de 6500 ans.

Selon cette entente, le gouvernement du Canada transfère 50 % de la propriété du lieu historique dans une fiducie afin de mieux préserver l'histoire et la culture autochtones.

Il aura fallu près de 20 ans aux deux parties avant de procéder à cette signature historique.

Les phases de consultation et d'identification d'un bon mécanisme et d'une bonne entente ont pris de nombreuses années. Particulièrement la phase de consultation auprès des autres communautés, explique le gestionnaire des lieux historiques nationaux de la Mauricie et de l'Ouest du Québec, Daniel Beaudin.

Annonce sur la cogestion d'Obadjiwan-Fort-Témiscamingue entre le gouvernement fédéral et la Première Nation de Témiscamingue.

Annonce sur la cogestion d'Obadjiwan-Fort-Témiscamingue entre le gouvernement fédéral et la Première Nation de Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Le Fort-Témiscamingue, son histoire

Le lieu historique national Obadjiwan raconte 6500 ans d'Histoire, de l'occupation à l'utilisation des terres par les Algonquins.

Ces terres ont été témoins des rivalités commerciales des marchands de fourrures durant 200 ans. Il s'agit d'un ancien poste de traite.

La Première Nation de Timiskaming sera dorénavant impliquée dans les décisions et la programmation des lieux comme l'explique Daniel Beaudin.

Je vous dirais que c'est surtout de faire ressortir la culture des Premières Nations sur le site, leur Histoire, précise-t-il.

Moment historique

Pour le chef de la Première Nation de Timiskaming, Wayne McKenzie, il s'agit d'un moment historique. Cinq chefs avant lui et plusieurs membres de la communauté ont travaillé sur cette entente.

Des sentiments forts, de bons sentiments, a-t-il lancé avant de reconnaître et souligner le travail de sa communauté.

Ça veut dire qu'on peut travailler ensemble, de nation à nation, a-t-il ajouté.

Un conseil de gestion coopérative a été créé pour administrer la fiducie. Il pourra prendre des décisions en lien avec la gestion et la planification du lieu historique.

D'autres parcs nationaux au pays ont aussi signé des ententes avec des communautés autochtones par le passé.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones