•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans la tourmente, le PDG de Desjardins réitère sa confiance en Equifax

Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Jean-Philippe Guilbault

Quelques heures après avoir dénoncé des pratiques « inacceptables » de la part d’Equifax auprès de ses membres victimes d’un vol de données personnelles, le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, a assuré avoir toujours confiance dans la firme de protection de surveillance de crédit.

En entrevue à ICI RDI, M. Cormier a soutenu avoir toujours confiance en Equifax après de nombreuses plaintes de membres éprouvant des difficultés à s’inscrire au service de protection offert dans la foulée de vol de données par un ex-employé de Desjardins.

Malgré tout, je ne prends rien pour acquis, a ajouté le président du Mouvement Desjardins, qui a annoncé vendredi matin une série de mesures permettant à son entreprise d’accompagner les membres lors de leur inscription auprès d’Equifax.

Notre priorité après le 20 juin, c’était d’envoyer des lettres et on avait dit à Equifax de s’occuper de la protection des données.

Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins

Questionné à savoir pourquoi Desjardins n'avait pas offert d'emblée ces options à ses membres, M. Cormier a répondu qu'Equifax exigeait que les membres communiquent personnellement avec ses agents par mesure de sécurité.

Desjardins ne pouvait pas, il y a deux semaines, faire l’authentification [à la place des membres], a expliqué M. Cormier à Radio-Canada. Là, deux semaines plus tard, quand on voit les enjeux que l’on a vécus, on a parlé à Equifax, on a fait des pressions.

Un « risque » que prend Desjardins

À partir de lundi matin, les membres de Desjardins touchés par le vol de données pourront communiquer directement avec AccèsD pour s’inscrire au service de protection et de surveillance du crédit pour une durée de 5 ans.

Or, Guy Cormier ne se berce pas d’illusions et reconnaît que Desjardins prend le risque de voir ses propres services débordés comme l’ont été ceux d’Equifax.

Il ne faudrait pas que tout le monde appelle [AccèsD] à 8 h lundi matin, car c’est garanti que les délais d’attente seront plus longs, a laissé tomber le président.

Pour faire face à la crise qui secoue l’entreprise, 1000 employés ont été « réquisitionnés » pour servir dans les centres de contact avec la clientèle. M. Cormier a précisé que Desjardins n’avait donc pas fait de nouvelles embauches.

S’il ne pouvait pas se prononcer sur les coûts liés au vol de données, le président de Desjardins a assuré que l’entreprise avait la capitalisation et les résultats financiers pour supporter une situation comme celle-là.

Je vois des recours collectifs de déposés, je ne vois pas de procès en cours et je ne suis pas capable de quantifier des mesures précises, a ajouté M. Cormier.

Économie