•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

S'initier à la pêche au saumon sur la rivière Matane

Un pêcheur et son enseignant pêchent à la mouche, debout dans une rivière.

Initiation à la pêche au saumon sur la rivière Matane

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Jean-François Deschênes

La pêche au saumon est une activité très populaire aux retombées économiques qui se calculent en dizaines de millions de dollars chaque année. Cependant, avec l'imprévisibilité de la nature, les gestionnaires doivent savoir conjuguer les efforts de préservation des saumons et la rentabilité des activités.

La population de saumon atlantique a connu une diminution à la fin du siècle dernier un peu partout, surtout pour les poissons qui passent plus d'un hiver en mer.

Cependant, au Québec, la population s'est stabilisée au début des années 2000 dans la majorité des rivières, selon le ministère de la Faune, des Forêts et des Parcs (MFFP). Elle demeure généralement sous les niveaux historiques. La ressource est très fragile. Une diminution de 15 % a été constatée en 2017.

Plan serré sur la tête d'un saumon atlantique.

Un saumon atlantique dans la passe migratoire de la rivière Matane

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Le Ministère souligne que le nombre de saumons dans la rivière Matane a peu été touché par le déclin des années 1980 et 1990.

Un barrage vu d'une berge rocheuse

Le barrage de Matane Mathieu-D'Amours.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La passe migratoire, située à côté du barrage au centre-ville de Matane, permet d'avoir un compte précis des saumons et des autres espèces de poisson qui remontent la rivière depuis 1984. C'est la Société de gestion de la rivière Matane (SOGERM) qui en a la responsabilité.

2014, année la plus difficile de la SOGERM

  • 1487 : montaisons
  • 306 : captures

2016, année la plus productive de la SOGERM

  • 3514 : montaisons
  • 1178 : captures
Un homme tient un saumon en bois à la surface de l'eau. Un autre homme écoute.

Le moniteur de pêche Louis Bazin (à gauche) explique comment remettre un saumon à l'eau.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Il y a quelques années, la SOGERM a décidé de mettre davantage de l'avant la formation pour les nouveaux pêcheurs.

Auparavant, il y avait tout au plus une vingtaine de pêcheurs qui étaient formés chaque année. Maintenant, l'équipe de la SOGERM en initie quatre fois plus durant la saison chaude.

Deux pêcheurs discutent.

Le moniteur de pêche Louis Bazin (à droite) enseigne la pêche au saumon à temps plein l'été sur la rivière Matane.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Le chiffre d'affaires de l'organisme sans but lucratif est de l'ordre de 350 000 $ par année. La SOGERM emploie 12 personnes, dont un guide à temps plein, l'été, pour la formation des nouveaux pêcheurs.

Feuilles et calepins.

Les nouveaux pêcheurs reçoivent cette trousse lors de leur formation.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Retombées économiques moyennes de la pêche au saumon atlantique

  • 4 M$ : Matane
  • 50 M$ : Québec

Source : SOGERM et MFFP

Rivière avec un pont couvert au loin

Le pont couvert de Saint-René au dessus de la rivière Matane.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Il est important de protéger la ressource. La SOGERM souligne aux jeunes pêcheurs que, sur 7000 œufs laissés par un saumon dans la rivière, seulement trois saumons en moyenne doivent revenir en rivière frayer. Sur ces trois individus, un seul pourra être conservé par un pêcheur, les autres devront être remis à l'eau.

En moyenne, 2500 saumons remontent la rivière Matane chaque année.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Chasse et pêche