•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Husky va remplacer un raccord sous-marin, une fuite de pétrole est possible

Le navire d'extraction pétrolière SeaRose.

250 000 litres de pétrole se sont déversés en mer près du navire SeaRose, le 16 novembre 2018, au large de Terre-Neuve.

Photo : La Presse canadienne / Husky Energy

Radio-Canada

La pétrolière Husky se prépare à remplacer le raccord défectueux qui a entraîné il y a quelques mois le plus important déversement pétrolier extracôtier de Terre-Neuve-et-Labrador.

Environ 250 000 litres d’hydrocarbures ont fui dans l’océan sous le navire d’extraction SeaRose qui exploite le gisement pétrolifère White Rose, le 16 novembre 2018.

Husky a annoncé vendredi son projet de remplacer le raccord à l’origine de cette fuite. La nouvelle pièce a une plus grande capacité que l’ancienne, précise-t-elle.

Gros plan sur un raccord qui relie deux conduites sous-marines.

Ce raccord a causé la fuite de pétrole survenue au large de Terre-Neuve en novembre 2018, selon la pétrolière Husky.

Photo : Husky Energy

L’ancien raccord a été récupéré en mars, et la conduite a été bouchée de façon temporaire, indique l’entreprise.

Le remplacement du raccord est approuvé par l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers.

Il est possible que du pétrole résiduel s’écoule durant les travaux de remplacement, selon l’entreprise qui considère le risque comme faible.

Un véhicule sous-marin téléguidé et un autre bateau transportant de l’équipement d’intervention en cas de déversement pétrolier seront sur place. Les travaux auront lieu durant le jour, précise Husky.

Schéma des conduites sur le fond marin reliées à un bateau.

Le déversement se serait produit à 5 km du navire SeaRose.

Photo : Husky Energy

L’entreprise estime qu’il faudra environ deux semaines pour exécuter les travaux. Elle espère commencer en fin de semaine.

Husky ne précise pas combien lui a coûté la fuite, mais dans son rapport financier du premier trimestre 2019, on peut voir qu’elle extrait, du gisement White Rose, 20 000 barils de pétrole de moins par jour que durant la même période l’an dernier.

Des cristaux peut-être en cause

Husky a soumis à l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers un rapport d’enquête préliminaire au sujet du déversement. L’Office enquête aussi sur cet accident.

L’entreprise indique que des hydrates se sont peut-être accumulés dans l’ancien raccord, ce qui aurait causé la panne. Il s’agit de cristaux qui se forment naturellement au contact du gaz naturel et de l’eau à basse température et sous une forte pression.

Des travaux effectués par un tiers indépendant réduiront les risques que cela se produise à l’avenir, selon Husky. L’entreprise ajoute qu’elle a aussi resserré ses procédures.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terre-Neuve-et-Labrador

Industrie pétrolière