•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cité antique de Babylone classée au patrimoine mondial de l'UNESCO

Les murs de la cité antique de Babylone.

La cité de Babylone est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis le 5 juillet 2019.

Photo : Getty Images / HomoCosmicos

Radio-Canada

Après cinq refus depuis 1983, la cité de Babylone a finalement été inscrite vendredi parmi les sites naturels du patrimoine mondial de l'UNESCO, malgré l'état de cette ville antique, victime de la guerre et de ravages. L'ancienne capitale de la Mésopotamie est l'un des symboles historiques de l'Irak.

Vieille de plus de 4000 ans, Babylone a connu l’opulence des jardins suspendus, l’une des sept merveilles du monde.

La cité occupe aussi une place particulière dans l’Histoire et la mythologie avec sa fameuse porte d’Ishtar et sa tour de Babel, mais elle a aussi enduré les effets dévastateurs des guerres qui y ont sévi.

Le site archéologique, situé à 100 km au sud de Bagdad, avait été endommagé au cours des premières années de l'offensive américaine, qui y avait installé son camp militaire.

L'UNESCO avait par ailleurs blâmé les États-Unis pour les importants dégâts causés, avant de faire part de sa décision.

Une occasion de relever le tourisme

La décision prise par cette organisation mondiale à Bakou pourrait donner l'occasion de relancer le tourisme sur ce site.

Qahtanal al-Abeed, directeur des Antiquités de Bassora, qui a porté le dossier de Babylone auprès de l’UNESCO, pense que l’inscription de la cité au patrimoine mondial va encourager les recherches et les aménagements sur le site.

Des touristes marchent dans la cité de Babylone.

Les responsables de la préservation de cette cité espèrent attirer de nouveaux touristes.

Photo : Reuters / Khalid Al Mousily

M. al-Abeed explique aussi que cela permettra de faire de la publicité gratuite pour le tourisme, selon ce que rapporte l’AFP.

Pour les acteurs du secteur du tourisme, la possibilité de renforcer les fonds alloués aux projets culturels prend forme avec cette inscription au patrimoine mondial.

L’UNESCO a d’ailleurs déclaré qu’elle travaillera conjointement avec les autorités locales pour mettre en place un plan d’action pour la conservation.

Alors que l'on compte près de 7000 sites archéologiques en Irak, on en dénombre dorénavant six inscrits à l'UNESCO.

Les autres sites classés au patrimoine mondial :

  • Parc national du Vatnajökull en Islande (site naturel)
  • Les sanctuaires d’oiseaux migrateurs le long du littoral de la mer Jaune et du golfe du Bohai de Chine (site naturel)
  • Les forêts hyrcaniennes d'Iran (site naturel)
  • Les villes de Paraty et d'Ilha Grande au Brésil (sites naturels et culturels)
  • Les sites de métallurgie ancienne du fer du Burkina Faso (site culturel)
  • Le patrimoine naturel et culturel de la région d’Ohrid en Albanie et en Macédoine du Nord (extension du site mixte)

Les terres et les mers australes françaises aussi sur la liste

Une famille de manchots dans son nid.

On trouve la plus grande population de manchots royaux et d’albatros à bec jaune du monde sur l'archipel Crozet.

Photo : Getty Images / Sophie Lautier

L’archipel Crozet, les îles Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam ainsi que 60 petits îlots situés dans la zone subantarctique ont eux aussi été classés patrimoine mondial de l'UNESCO.

Couvrant une superficie de 67 millions d'hectares, les terres et les mers australes françaises abritent la plus grande population de manchots royaux et d'albatros à bec jaune du monde et englobent les plus grandes des rares terres émergées du sud de l’océan Indien.

D'autres inscriptions au patrimoine pourraient avoir lieu dans les jours à venir, puisque la 43e session du Comité du patrimoine mondial se poursuit jusqu’au 10 juillet.

Avec les informations de Agence France-Presse

Moyen-Orient

International