•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Autochtones pourront récupérer leur nom ancestral sans frais

Une photo d'archive des élèves des pensionnats autochtones dans une salle de classe.

Les jeunes Autochtones dans les anciens pensionnats étaient forcés de porter un nouveau nom.

Photo : Radio-Canada / Archives de l'Église anglicane Old Sun/Commission de vérité et réconciliation

Radio-Canada

Les anciens résidents des pensionnats autochtones et les membres de leur famille n’auront bientôt plus à payer de frais pour faire changer leur nom en Nouvelle-Écosse.

Le premier ministre Stephen McNeil, qui est aussi ministre des Affaires autochtones, a annoncé cette mesure pour les aider à porter à nouveau leur nom ancestral perdu à leur arrivée dans les pensionnats.

Leur nom, comme leur identité, leur a été enlevé. Nous devons leur faciliter la tâche autant que possible s’ils veulent récupérer leur nom, a déclaré M. McNeil.

Le but de ces pensionnats était d’assimiler de force les enfants autochtones au reste de la société canadienne. On leur interdisait notamment de parler leur langue natale et on leur attribuait un nouveau nom. Dans certains cas, il ne s’agissait que d’un numéro de matricule.

La Commission de vérité et de réconciliation a recommandé aux gouvernements d’abolir ces frais administratifs pendant cinq ans, le temps que les survivants des pensionnats autochtones et leurs descendants qui veulent récupérer leur nom ancestral puissent le faire.

La mesure entrera en vigueur en Nouvelle-Écosse le 9 juillet.

Stephen McNeil en entrevue dans l'édifice de l'Assemblée législative

Le premier ministre Stephen McNeil affirme que la mesure est une reconnaissance des relations passées et présente du gouvernement avec les Autochtones.

Photo : CBC/Craig Paisley

Le processus de changement de nom entraîne une révision des pièces d’identité de la personne : le certificat de naissance, le passeport, le permis de conduire, la carte d’assurance sociale, la carte d’assurance maladie, etc.

En Nouvelle-Écosse, les frais à payer dans un tel cas s’élèvent habituellement à 165,70 $ pour une personne et à 24,95 $ pour chaque membre additionnel de sa famille.

Le changement de politique est pour le gouvernement une forme de reconnaissance de ses relations passées et présentes avec les Autochtones, ajoute le premier ministre McNeil. L’occasion pour les Autochtones de récupérer leur nom ancestral s’inscrit dans une volonté de créer une meilleure voie pour l’avenir, dit-il.

Avec les renseignements de Kaitlyn Swan, de CBC

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale