•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des clients de Desjardins peinent à se faire servir en français par Equifax

Les bureaux d'Equifax à Atlanta

Photo : Associated Press / Mike Stewart

Radio-Canada

Après les problèmes de site web engorgé et les interminables délais d’attente au téléphone, Equifax s’attire encore une fois les critiques de membres de Desjardins, victimes d'un vol massif de données, pour ses difficultés à offrir des services en français.

Karine Côté vient d’apprendre qu’elle fait partie des 2,9 millions de membres particuliers et entreprises de Desjardins dont les données personnelles sont à risque. Elle se rend donc sur le site web d'Equifax pour s'inscrire au service de surveillance du crédit.

Toutefois, la plateforme n’accepte pas les accents que contiennent son nom de famille et son lieu de résidence, comme s’il y avait une erreur. Desjardins a demandé à Equifax de corriger la situation, mais, pour l'instant, les clients n'ont d'autre choix que d'entrer leurs informations sans accents ni traits d'union.

C’est sûr que je trouve ça un peu ordinaire sur le coup, confie-t-elle.

Desjardins pourrait épauler Equifax

Il ne s'agit pas du seul problème d'Equifax avec la langue de Molière. De nombreux francophones ont ainsi obtenu des réponses en anglais par courriel de la part de l'entreprise, après lui avoir écrit en français. D'autres ont attendu des heures au téléphone pour parler à un employé francophone, mais c'est plutôt un anglophone qui leur a répondu.

Le Mouvement Desjardins confirme l’existence de difficultés. Les francophones qui, actuellement, demandent le service en français ont plus de difficulté à y accéder, et c'est pour ça qu'on travaille à une solution où l'on pourrait, nous-mêmes, être en mesure d'accompagner nos membres dans le processus avec nos propres employés, a déclaré à Radio-Canada Marc-Brian Chamberland, vice-président aux communications chez Desjardins.

On n'est pas encore capable de l'annoncer, mais on y travaille très, très fort.

Marc-Brian Chamberland, vice-président aux communications chez Desjardins

L'Office québécois de la langue française (OQLF) a lui aussi joint l'entreprise pour qu'elle corrige le tir. Tous les Québécois ont le droit d'obtenir un service en français. C'est d'autant plus vrai quand leurs renseignements personnels sont en cause. Donc, dès qu'on a su ce qui se passait, on les a contactés. On leur a demandé d'apporter des correctifs pour régler les problèmes et régler la situation, a mentionné Chantal Bouchard, porte-parole de l’OQLF.

Equifax n’a pas répondu à la demande d’entrevue de Radio-Canada.

D'après un reportage d'Olivier Bachand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fraude

Économie