•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations printanières de 2019 : des dommages quatre fois moins importants qu'en 2018

Habitation emportée par les inondations et submergée sur le côté à Princess Park, dans la région de Grand Lake au Nouveau-Brunswick, le 28 avril 2019.

Princess Park, dans la région de Grand Lake au Nouveau-Brunswick, le 28 avril 2019

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick évalue à 23,3 millions de dollars les dommages causés par les inondations printanières de 2019 dans la vallée du fleuve Saint-Jean. C’est un montant quatre fois moins élevé que lors des inondations de 2018.

Ces chiffres représentent essentiellement les dommages non assurés par les compagnies d’assurance, infligés tant à des résidences qu'à des entreprises. Ils comprennent aussi les infrastructures municipales et provinciales qui ont été endommagées, par exemple les routes et les ponts.

Le gouvernement évalue à 7 millions de dollars les dommages causés aux propriétés privées, à 2,7 millions ceux causés aux infrastructures municipales, et à 13,5 millions ceux subis par les infrastructures provinciales.

Tableau de l'évaluation des dommages causés par les inondations.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick évalue à 23,3 millions de dollars les dommages causés par les inondations printanières de 2019.

Photo : Radio-Canada

La somme sera, pour la majeure partie, vraisemblablement payée par le gouvernement fédéral.

Cette évaluation pourrait toutefois être revue. Les Néo-Brunswickois avaient jusqu’au 15 juin pour déclarer des dommages causés par les inondations du printemps. Ils ont jusqu’au 30 août pour faire une demande officielle d’indemnisation.

À ces 23,3 millions de dollars s’ajoutent des dégâts assurés évalués à 6 millions de dollars, selon le Bureau d’assurance du Canada.

En 2018, les inondations printanières dans la province avaient fait pour 80 millions de dollars de dommages.

Une femme en canot devant une maison inondée à Maugerville, au Nouveau-Brunswick.

Maugerville, au Nouveau-Brunswick, le 22 avril 2019

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Niveaux d’eau plus élevés, dommages moins importants

Au Nouveau-Brunswick, les eaux sont montées, dans certains cas, plus haut que l’an dernier. Ces niveaux élevés se sont toutefois maintenus moins longtemps qu’en 2018.

Par ailleurs, la préparation a pu jouer un rôle. Après les inondations majeures de 2018, des citoyens ont effectué des travaux sur leur propriété, par exemple pour relever leur habitation. Les collectivités ont également entrepris certains travaux qui ont pu permettre aux infrastructures de mieux résister à la crue.

D’après un reportage de Michel Corriveau

Nouveau-Brunswick

Incidents et catastrophes naturelles