•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des familles du Nord veulent créer un refuge pour sans-abri

Un homme sur un trottoir se frotte les mains pour se réchauffer.

Il n' y a pas de refuge pour hommes dans la région du Témiscamingue ontarien.

Photo : iStock

Deux familles de Temiskaming Shores, dont les enfants sont aux prises avec la dépendance, se sont associées pour créer un refuge pour hommes dans leur région. Le centre pour sans-abri porterait le nom du fils d’Yves et Liane Paillé : Zack’s Crib.

L’idée de créer un refuge pour hommes a germé quand Yves et Liane Paillé ont vu leur fils de 26 ans sans ressources cet hiver. Depuis plusieurs années, Zach est toxicomane et souffre de problèmes de santé mentale.

Émotionnellement ça devient très difficile. Les familles ont besoin de savoir que leurs enfants ont une place où coucher.

Liane Paillé, à l'origine du projet Zack's Crib

L’absence de refuge pour hommes à Temiskaming Shores force les personnes dans le besoin à se déplacer dans d’autres régions pour avoir accès aux soins.

Liane Paillé et son fils Zack devant des chutes.

Liane Paillé et son fils Zack.

Photo : Courtoisie Yves Paillé

Il faut qu’on les envoie soit à Sudbury, à North Bay ou à Timmins et souvent ça ne fonctionne pas, ils veulent revenir et être dans un endroit qui leur est familier, explique Yves Paillé.

Selon Yves Paillé, plusieurs services, notamment en santé mentale, manquent de personnel dans la région.

Nous avons l’Association canadienne de santé mentale, mais souvent les ressources sont limitées, les psychiatres viennent tous du sud de l’Ontario, ils viennent une fois par mois, donc on y a accès, mais pas tous les jours, déplore-t-il.

Luc Rivard ne connaît que trop bien cette situation. En mars dernier, il a perdu son fils, Nicholas, dépendant aux opioïdes.

Un père et son fils dans une cuisine en travaux.

Luc Rivard et son fils, Nicholas. Le jeune homme est décédé en mars dernier.

Photo : Courtoise le collectif Zack's Crib

À maintes reprises [mon fils] m’a dit : "j'aurais besoin d’aide", mais quoi faire à part se rendre dans des grands centres et dépenser des grosses sommes d'argent?, déplore-t-il.

Les deux familles espèrent que leur initiative permettra de sauver des vies.

Ce n’est pas en les rejetant qu’on va résoudre le problème [...] c’est pour ça qu’on a créé notre centre qui va s’appeler Zack’s Crib.

Yves Paillé, à l'origine du projet Zack's Crib

Luc Rivard, Yves et Liane Paillé ont fait un partenariat avec le centre Autochtone de Keepers of the Circle, qui souhaitait également ouvrir un centre pour sans-abri dans la région.

Pour financer leur refuge, une campagne de financement a été lancée. L'objectif est de récolter 10 000 dollars.

On veut s’acheter un édifice, avoir des professionnels, on va aussi aller chercher des subventions du gouvernement, car un centre comme ça, ça ne se gère pas à l’eau claire, conclut Yves Paillé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !