•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ajout de financement pour la DPJ accueillie comme une bouffée d'air frais en Abitibi-Témiscamingue

Un jeune assis sur le sol.

Les délais moyens d'attente pour l'évaluation d'un dossier à la Direction de la protection de la jeunesse ont augmenté de 51 % pour l'ensemble du Québec.

Photo : iStock / Katarzyna Bialasiewicz

Radio-Canada

Les ressources de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) en Abitibi-Témiscamingue seront bonifiées dans la foulée de l'annonce du gouvernement du Québec d'ajouter 47 millions de dollars pour réduire les listes d'attente.

En Abitibi-Témiscamingue, environ 80 enfants sont en attente d'une évaluation. Depuis le décès tragique d'une fillette de Granby, le directeur de la protection de la jeunesse, Philippe Gagné note que la population de la région a été touchée par ce drame.

L'impact a été assez clair et évident. Dans les semaines qui ont suivi ce drame, nous avons retenu tout près de 50 cas d'enfants qui subissent de la maltraitance dans la région, chiffre-t-il.

L'ajout de ressources financières pour la DPJ permettra l'affichage de six nouveaux postes en Abitibi-Témiscamingue, dès la semaine prochaine.

Ce sont des professionnels qui s'ajoutent aux postes existants, indique M. Gagné. Ces gens-là feront du soutien professionnel, seconderont les chefs de service.

C'est une bouffée d'air frais que cette annonce!

Philippe Gagné, DPJ de l'Abitibi-Témiscamingue

M. Gagné précise que 18 autres postes, déjà prévus par la DPJ de l'Abitibi-Témiscamingue viendront s'ajouter. Le directeur de la Direction de la protection de la jeunesse régionale souligne par ailleurs qu'il est difficile de recruter et retenir les personnes qui travaillent en protection de la jeunesse.

Abitibi–Témiscamingue

Jeunesse