•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comparution des suspects d'une tentative de meurtre à Tadoussac en 2017

Un véhicule de la SQ.

Un véhicule de la Sûreté du Québec (SQ)

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Radio-Canada

Les deux suspects arrêtés hier relativement à une tentative de meurtre survenue à Tadoussac en octobre 2017 ont comparu au palais de justice de Québec. Christopher Sehota Paquet, 28 ans, et Ko Prakongkham, 43 ans, font face à plusieurs chefs d'accusation, dont tentative de meurtre, non-respect des conditions de probation et possession de biens criminels.

Les faits allégués se seraient produits dans la nuit du 23 au 24 octobre 2017. Les policiers auraient alors retrouvé une dame de 81 ans, avec des blessures importantes, dans sa résidence.

Pour Steve Moisan, l'ex-gendre de la victime, l’annonce de l’arrestation des deux individus a été reçue comme un soulagement de la part de la famille.

Il soutient que Christopher Sehota Paquet, qui a comparu aujourd’hui, est l’ex-petit ami de sa fille.

Malheureusement, on croit que c’est une question de vengeance de son côté.

Steve Moisan, ex-gendre de la victime

M. Moisan affirme que l’accusé connaissait la grand-mère et s’était déjà rendu à sa résidence.

Ça faisait pas loin d’un an qu’elle [la petite-fille de la victime, NDLR] avait rompu avec lui. Il la harcelait quotidiennement. [...] Il y a eu des interdictions d’entrer en contact avec ma fille ou qui que ce soit proche d’elle. Ce qu’il n’a jamais respecté, ajoute M. Moisan.

Selon M. Moisan, la dame de 81 ans aurait été hospitalisée pendant plusieurs semaines après l’attaque.

La victime aurait perdu son autonomie à la suite de l’attaque. Elle ne reconnaîtrait plus ses proches.

Elle n’a complètement plus de vie. Avant, elle avait une vie autonome. [...] Maintenant, elle est enfermée dans une chambre dans un CHSLD, se désole Steve Moisan.

Les dossiers des deux hommes qui ont comparu seront transférés au palais de justice de Baie-Comeau.

Ils seront de retour en cour le 11 juillet pour leur enquête sur remise en liberté.

Avec les informations de Yannick Bergeron

Côte-Nord

Crimes et délits