•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Muskrat Falls : Dwight Ball frustré par la gestion du projet de Nalcor

Portrait de Dwight Ball.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, a témoigné à la commission d'enquête sur Muskrat Falls jeudi à Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada

Patrick Butler

Lors de sa première comparution devant la commission d’enquête sur Muskrat Falls, le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, n’a pas caché sa frustration envers Nalcor Energy, la société d’État qui gère le mégaprojet hydroélectrique.

Selon ce qu'indique Dwight Ball, à son arrivée au poste de premier ministre en décembre 2015, il a été informé par Nalcor que l’entrepreneur Astaldi, l’entreprise en bâtiment qui construisait le barrage hydroélectrique, réclamait environ 200 millions de dollars supplémentaires pour mener les travaux à terme.

Et toujours d'après M. Ball, deux mois plus tard, des vérificateurs de la firme EY lui ont montré que ces coûts supplémentaires oscillaient plutôt entre 600 et 800 millions de dollars. Il a aussi appris que Nalcor était au courant des problèmes avec Astaldi depuis environ 18 mois.

Il n’y a aucun sens de responsabilité chez Nalcor par rapport aux dépassements de coûts à Muskrat Falls, indique une note d'information envoyée à M. Ball en février 2016. L’accent est mis sur la réalisation du projet, et [Nalcor croit] que le gouvernement fournira un financement illimité.

Dwight Ball a expliqué que ces problèmes avec Astaldi ont mené aux relations tendues entre lui et Ed Martin, le président-directeur général de Nalcor à l’époque.

 Ed Martin lors d'un point de presse

L'ex-PDG de Nalcor, Ed Martin

Photo : CBC

Pendant 12 mois, 18 mois, quelqu’un [à Nalcor] était en train de négocier, d’avoir des discussions, appelez cela comme vous voulez, a lancé Dwight Ball jeudi. C’était un problème, et je me demandais comment ça allait avoir un impact sur le projet.

Ed Martin a fini par démissionner en mai 2016. Astaldi, qui avait obtenu un contrat de 1,1 milliard de dollars en 2013, a quant à lui été expulsé du chantier de construction de Muskrat Falls en 2018.

Trop tard pour annuler le projet

Dwight Ball a indiqué qu’en 2016, son gouvernement a réfléchi à la possibilité d’annuler le projet, mais a finalement décidé qu’il était trop tard pour arrêter les travaux.

M. Ball a expliqué que des milliards de dollars avaient déjà été dépensés et que le gouvernement avait des engagements juridiques envers plusieurs entrepreneurs.

Des milliards de dollars étaient en jeu. Il n’y avait aucune possibilité d’abandonner le projet.

Dwight Ball, premier ministre, Terre-Neuve-et-Labrador

Un financement d’Ottawa pour amoindrir les tarifs d'électricité?

Quelques semaines avant les dernières élections provinciales, Dwight Ball a dévoilé son plan pour éviter la hausse des tarifs de l’électricité prévue lorsque les installations hydroélectriques de Muskrat Falls entreront complètement en service.

À l’époque, Dwight Ball disait qu’environ 730 millions de dollars par année seraient nécessaires pour éviter une modification des tarifs. Ce plan dépendait notamment d’environ 200 millions de dollars du gouvernement fédéral. Mais M. Ball a témoigné jeudi qu’aucun financement fédéral supplémentaire n’a encore été confirmé. Il a pourtant assuré que les négociations avec Ottawa sont toujours en cours.

Remises en question de l’inondation du barrage

Les mesures prises pour protéger les réservoirs d’eau des communautés qui habitent près du mégaprojet de Muskrat Falls ont aussi été remises en cause lors de la comparution du premier ministre.

Le barrage hydroélectrique de Muskrat Falls sera inondé cet été, et certains groupes autochtones du Labrador craignent l’impact du pourrissement des plantes qui seront submergées. Ces groupes soutiennent que la décomposition de cette végétation pourrait mener à la dispersion de méthylmercure, une substance toxique.

En avril dernier, un comité indépendant a recommandé à la province d’enlever toute la végétation qui sera submergée à la suite de l’inondation du réservoir.

Le chantier Muskrat Falls en hiver.

Le chantier Muskrat Falls

Photo : Nalcor Energy

Les libéraux se sont engagés à le faire, mais aucune végétation n’a finalement été enlevée. Après des mois de reports, le conseil des ministres a été informé par Nalcor, en janvier dernier, qu’il était trop tard pour effectuer ce travail.

Dwight Ball a indiqué jeudi qu’il était surpris d’entendre cette nouvelle, mais il soutient que ce n’était pas une erreur volontaire. Il impute les retards au ministère des Affaires municipales et de l’Environnement.

M. Ball a assuré que des discussions entre la province, Nalcor et plusieurs groupes autochtones sont en cours afin de trouver une solution.

En 2012, le mégaprojet de Muskrat Falls a été proposé avec un budget de 6,2 milliards de dollars. Les estimations de coûts ont depuis atteint plus du double de cette somme.

Le gouvernement Ball a annoncé la commission d’enquête sur Muskrat Falls en novembre 2017.

Dwight Ball a déjà qualifié le mégaprojet de Muskrat Falls de la plus grande erreur économique de l’histoire de Terre-Neuve-et-Labrador. Jeudi, il a souligné que les coûts du projet constituent maintenant environ 30 % de la dette nette de la province.

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique provinciale