•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La valeur des propriétés demeure stable dans la région d’Edmonton

Une femme brune accroche un panneau SOLD (vendu) au-dessus d'un panneau à vendre en lettres rouges et blanches.

Le prix des maisons demeure stable à Edmonton, selon les données de l’Association des agents immobiliers d'Edmonton.

Photo : La Presse canadienne / Darren Calabrese

Radio-Canada

Le marché immobilier est demeuré stable ou a montré de légers signes de déclin dans la capitale albertaine en juin, et rien n'indique une reprise dans un avenir rapproché, selon les dernières statistiques publiées par l’Association des agents immobiliers d'Edmonton.

Agent immobilier à Edmonton, Todd Bradley explique que l'immobilier, dans la capitale, a tendance à fluctuer lentement, plutôt que de connaître de brusques changements de prix. Mais l'effet de ces baisses progressives s'additionne alors que le prix des maisons diminue pour un cinquième été consécutif.

Il y a une baisse abrupte et sérieuse de la valeur marchande depuis 2014. C'est un peu comme un robinet qui fuit .

Auteur Todd Bradley, agent immobilier à Edmonton

Les ventes résidentielles ont baissé de plus de 8 % entre mai et juin, selon les récentes statistiques mensuelles de l’Association des agents immobiliers d'Edmonton.

Ces chiffres couvrent la région métropolitaine d'Edmonton, y compris Spruce Grove, Sherwood Park et Saint-Albert.

La vente d'une maison a toujours été difficile dans la région, même si le prix de la propriété répond aux normes du marché, déclare Todd Bradley.

Les propriétés à vendre sont restées sur le marché 59 jours en moyenne, en juin, avant de trouver preneur. Cette moyenne était de 55 jours à la même période l'an dernier.

Todd Bradley précise cependant que ce chiffre n'est pas exact puisqu'il ne tient compte que des maisons qui ont été vendues. Selon lui, un certain nombre de ces maisons ont été sur le marché beaucoup plus longtemps, et dans certains cas, elles l'ont été après avoir été retirées du marché une première fois.

Même s'il est un peu stagnant, le marché se comporte correctement, estime pour sa part Michael Broderick, président de l'Association des agents immobiliers d'Edmonton.

Selon lui, il est normal que le marché résidentiel soit au ralenti en été. Il reste cependant optimiste quant à une reprise du marché à la fin des vacances et pour la rentrée des classes.

Un marché propice aux acheteurs

Si ce n'est pas le moment idéal pour mettre une maison en vente, c'est en revanche un bon moment pour acheter, estime Todd Bradley.

Le marché a tendance à rebondir après des cycles de cinq ou huit ans, explique-t-il. Ainsi, même si les prix de l'immobilier n'augmenteront pas au cours de la prochaine année, ils pourraient se redresser dans deux ou trois ans.

Pour les vendeurs,Todd Bradley explique que d'établir un bon prix de vente dès le départ est important.

Si non, au moment où vous ajusterez votre prix à la baisse pour qu'il reflète ce qu'il aurait dû être au départ, vous n'aurez toujours pas rattrapé le marché, assure-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Immobilier