•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'attente encore plus longue aux urgences de Sept-Îles et de Baie-Comeau

L'hôpital Le Royer de Baie-Comeau

L'hôpital Le Royer de Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

La durée moyenne de séjour dans les hôpitaux a augmenté sur la Côte-Nord dans la dernière année.

À l'hôpital Le Royer de Baie-Comeau, la durée moyenne d'un séjour aux urgences est passée à 20 heures et 36 minutes. C'est quatre heures de plus que l'an dernier.

À Sept-Îles, le temps d'attente est passé de 10 heures et 42 minutes en 2018 à un peu plus de 14 heures en 2019.

Le ministère de la Santé et des Services Sociaux vise une durée moyenne de 12 heures.

L'hôpital de Sept-Îles

L'hôpital de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Evelyne Côté

Cette augmentation du temps d'attente aux urgences est le résultat d'un contexte particulier. Il y a entre autres eu la propagation de bactéries à l'hôpital Le Royer, explique la porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, Sandra Morin.

L’année passée, on a eu une situation particulière, on a eu pendant plusieurs mois des cas d’isolement en raison des bactéries et de toutes sortes de problématiques de santé, indique Sandra Morin. Donc on avait des chambres multiples au troisième et au quatrième que l’on a dû réduire en chambres simples, ce qui fait que ça nous a coupé évidemment des lits d’hospitalisation, donc faute de lits d’hospitalisation disponibles pour ces patients-là, on a dû les garder à l’urgence un peu plus longtemps.

Sandra Morin, adjointe au PDG du CISSS de la Côte-Nord et responsable des relations médias
Sandra Morin, porte des lunettes et les cheveux courts blonds; elle semble écouter une personne qu'on ne voit pas.

Sandra Morin, adjointe du PDG du CISSS de la Côte-Nord et responsable des relations médias.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Sandra Morin affirme que le temps d'attente est également plus long à Baie-Comeau en raison de la difficulté d'accès à un médecin de famille dans la Manicouagan.

Ces patients doivent se rendre à l'urgence même pour des problèmes bénins, ce qui engorge davantage le système, ajoute-t-elle.

Quant à l'augmentation du temps d'attente aux urgences de l'hôpital de Sept-Îles, le manque de place dans des ressources intermédiaires ou les CHSLD en serait la cause.

On avait une situation où des gens qui doivent avoir une autre orientation ou qui doivent aller dans des ressources intermédiaires et qu'on a dû attendre parce qu'il n'y avait pas de place. On avait donc moins de lits d'hospitalisation de disponibles pour les autres qui sont à l'urgence , indique Sandra Morin.

Le palmarès des urgences de La Presse estime que le temps d'attente moyen dans les hôpitaux du Québec est de 14 heures 12 minutes.

Le comité des usagers inquiet

Le comité des usagers du CISSS de la Côte-Nord se dit préoccupé par cette augmentation du temps d'attente dans les hôpitaux nord-côtiers. Il met surtout le blâme sur la pénurie de main-d'œuvre dans les centres de soins de la région.

Il y a des efforts qui sont faits par le CISSS, mais pas suffisamment ou, en tout cas, ça n'a pas porté fruit, dénonce le président du comité, Michel Fournier.

À la lumière de ces statistiques, le comité des usagers a soumis des recommandations à l'administration du CISSS pour éviter que les situations exceptionnelles de la dernière année se reproduisent.

Il demande entre autres qu'il y ait plus de places attitrées pour les ressources intermédiaires et les CHSLD et que les cas de contamination soient mieux gérés.

Sandra Morin assure que des mesures ont été prises depuis pour diminuer le risque de propagation des bactéries à l'hôpital Le Royer et que plusieurs places s'étaient libérées dans les ressources intermédiaires de Sept-Îles.

On a fait beaucoup d'audits pour l'hygiène et le lavage des mains, parce que la meilleure façon de prévenir la propagation des bactéries, c'est le lavage des mains. On a eu des taux qui ont passé de 60 à 88 %

Sandra Morin, adjointe au PDG du CISSS de la Côte-Nord et responsable des relations médias

Avec les informations de Marie-Jeanne Dubreuil

Côte-Nord

Établissement de santé