•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pépinière de l'île de Vancouver craint de perdre ses 100 000 plants

Une pépinière.

Le processus d'inspection aléatoire mené par l'Agence canadienne d'inspection des aliments pourrait avoir un effet négatif sur des pépinières de l'île de Vancouver, selon la propriétaire d'Island View Nursery, Alexandria Garcia.

Photo : Sterling Eyford/CBC

Radio-Canada

Les 100 000 plants de la pépinière Island View Nursery pourraient être détruits d’ici quelques mois. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a testé la pépinière de 32 hectares, située à Saanichton, au nord de Victoria, et y a détecté un agent pathogène vecteur de la maladie Phytophthora ramorum.

L’ensemble du site a été placé sous quarantaine et le restera pendant deux semaines, selon le protocole de l’agence. Cette période pourrait ensuite être prolongée à 90 jours si les spores sont toujours présentes, après quoi les plantes se trouvant à proximité de celles infectées pourraient être brûlées.

« Nous nous sentons perdus »

Une femme dans une pépinière.

Les plantes infectées perdent leur feuillage et ne sont pas très belles, explique Alexandria Garcia, la copropriétaire de la pépinière familiale.

Photo : STERLING EYFORD/CBC

Alexandria Garcia, dont la famille est propriétaire de la pépinière depuis 2004, dit que celle-ci se sent perdue.

De tout voir détruit, en bonne santé ou non, ça nous trouble.

Alexandria Garcia, propriétaire de la pépinière Island View Nursery

L'ACIA indique que la Phytophthora ramorum est une maladie touchant une multitude de plantes et qu'elle est courante dans les régions côtières du sud de la Colombie-Britannique. Elle figure sur une liste d'organismes nuisibles réglementés par la loi fédérale en raison de ses effets potentiellement nocifs.

Les plantes infectées perdent leur feuillage et ne sont pas très belles, explique Mme Garcia.

Comme la maladie est transmissible par l'air et infecte les plantes à travers l'eau, le brouillard, le sol et les animaux, elle est difficilement contrôlable.

Nous avons fait le choix de fermer la pépinière, afin de ne pas soumettre nos clients à cela.

Alexandria Garcia, propriétaire de la pépinière Island View Nursery

Pertes financières extrêmes

Mme Garcia dit que le processus d'inspection aléatoire mené par l'Agence canadienne d'inspection des aliments pourrait avoir un impact négatif sur les pépinières de la région. Cela a des répercussions sur d'autres pépinières locales, dit-elle.

Aucune indemnité n'est accordée, aucune assurance n'existe. Les entreprises ne seront pas en mesure de se reconstruire.

Alexandria Garcia, propriétaire de la pépinière Island View Nursery

Un processus aléatoire

Mme Garcia trouve injuste que les pépinières inspectées soient sélectionnées au hasard. Island View Nursery n'a pas été inspectée par le gouvernement depuis une décennie, et la destruction possible de ses plantes pourrait nuire à l'entreprise à long terme.

S'il s'agit d'un agent pathogène dangereux, je ne sais pas pourquoi on ne nous teste pas régulièrement.

Alexandria Garcia, propriétaire de la pépinière Island View Nursery

Mme Garcia et d'autres propriétaires de pépinières se sont réunis pour contacter l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Ils demandent des tests plus cohérents et plus fréquents et souhaitent que les protocoles de traitement des brûlures de l'ACIA soient moins sévères.

Avec des informations de Sterling Eyford

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !