•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baleines noires : les mesures de protection sont peut-être insuffisantes, selon une étude

Des chercheurs l'observent sur le rivage.

Comet, l'une des baleines noires trouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent en juin.

Photo : Radio-Canada / Brian Higgins

Radio-Canada

Une nouvelle étude avance que les mesures mises en place par le gouvernement fédéral pour protéger les baleines noires de l'Atlantique Nord sont peut-être insuffisantes.

Les limites de vitesse imposées aux navires dans le golfe du Saint-Laurent et les fermetures de zones à la pêche pourraient ne pas suffire pour empêcher d'autres mammifères marins d'être blessés ou tués dans l'est du Canada, selon cet examen scientifique.

Ces mesures ont réduit les risques de nuire aux baleines en voie de disparition, conviennent les auteurs.

Mais selon leur étude, des dangers subsistent, en particulier dans les eaux situées en dehors des zones protégées.

L'étude a été effectuée à la fin de l'année dernière par des scientifiques qui travaillent dans des universités et des ministères fédéraux partout au Canada.

Six baleines noires de l'Atlantique Nord sont mortes dans le golfe du Saint-Laurent depuis le début du mois de juin cette année.

La baleine avec une machinerie derrière.

La nécropsie de la sixième baleine noire retrouvée morte dans le golfe a démontré qu'elle a sans doute été heurtée elle aussi par un navire.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Les résultats préliminaires des nécropsies pratiquées sur trois d'entre elles indiquent qu'elles ont probablement succombé à un choc avec un navire.

Ottawa a resserré les limites de vitesse dans le golfe après la découverte de la cinquième baleine noire morte. Les navires de 20 mètres ou plus doivent désormais limiter leur vitesse à 10 noeuds lorsqu'ils traversent un large couloir dans le golfe du Saint-Laurent.

Une vitesse trop élevée en dehors des zones protégées

Or, selon l'examen scientifique, des navires accroissent leur vitesse avant d'atteindre cette zone pour arriver à destination dans les délais prévus. Une collision avec une baleine à la vitesse qu'ils atteignent laisse moins de chances de survie aux mammifères marins.

Les scientifiques conviennent également que les restrictions imposées aux pêcheurs ont réduit les risques d'empêtrement des baleines dans des engins de pêche, mais ils ne les ont pas totalement éliminés, soulignent-ils.

Avec les informations de La Presse canadienne

Faune marine

Environnement