•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix-huit mois pour mieux protéger le parc de Wood Buffalo

Une vue aérienne du parc. Il y a beaucoup de conifères, quelques feuillus et de grands espaces sans arbres.

Le parc national Wood Buffalo, site du patrimoine mondial, est menacé par les projets énergétiques qui l'entourent, selon l'UNESCO.

Photo :  CBC / Lennard Plantz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Canada a jusqu’en décembre 2020 pour montrer à l’UNESCO qu’il prend les mesures nécessaires pour protéger le parc national Wood Buffalo, à la frontière de l’Alberta et des Territoires du Nord-Ouest. L’organisme a posé ce nouvel ultimatum après que le Canada eut déposé un plan de protection jugé insuffisant en février dernier.

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) juge, encore une fois, que le Canada n’en fait pas assez pour protéger le parc national Wood Buffalo, site du patrimoine mondial. 

Elle demande à Ottawa de produire un nouveau rapport détaillé sur les risques que présentent les exploitations de pétrole et d’hydroélectricité autour du parc d’ici la fin de 2020.

L’organisme demande aux chercheurs de s’intéresser particulièrement au barrage du site C, de BC Hydro, sur Peace river, ainsi qu’aux dizaines de projets de sables bitumineux à proximité du parc.

Si le Canada ne progresse pas suffisamment dans ce dossier, le parc risque d’être inscrit sur la liste du patrimoine mondial en danger.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !