•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amazon conserve les données d’Alexa indéfiniment et les diffuse à des tiers

Une enceinte connectée Amazon Écho

Les enceintes connectées comme celle-ci enregistrent les interactions qu'elles ont avec les internautes afin d'améliorer leur compréhension de la parole.

Photo : Radio-Canada / CBC/Norm Arnold

Radio-Canada

Les requêtes et les conversations enregistrées par Alexa, l’assistant virtuel d’Amazon, sont conservées indéfiniment à moins que l’internaute demande explicitement à l’entreprise de les effacer. Dans certains cas, certaines données demeurent dans les serveurs d’Amazon après une telle demande et sont même diffusées à des entreprises tierces.

En mai dernier, le sénateur démocrate du Delaware Chris Coons a exigé qu’Amazon explique combien de temps il conserve les enregistrements audio et leurs transcriptions, et qu’il donne des détails sur leur utilisation.

La réponse (Nouvelle fenêtre) de Brian Huseman, vice-président des politiques publiques d’Amazon, est sans équivoque : Amazon conserve les enregistrements et les transcriptions tant et aussi longtemps que les internautes ne les effacent pas de leur côté par le biais de l’application Alexa, ou encore sur le site Alexa Privacy Hub (Nouvelle fenêtre).

Toutefois, même lorsqu’elles sont effacées par l’internaute, il peut arriver que des transcriptions demeurent hébergées dans « d’autres systèmes de stockage d’Alexa », a indiqué M. Huseman. Amazon tente actuellement d’éliminer un maximum de transcriptions semblables de ces autres systèmes de stockage.

Des données transmises à des entreprises tierces

Dans le cas où l'internaute interagit avec un « skill »(l’équivalent d’une application) appartenant à une entreprise tierce, les données ayant été transmises à cette entreprise peuvent être conservées par celle-ci.

Les interactions comportant une transaction monétaire sont un exemple de données conservées, puisque les entreprises sont tenues de garder une liste complète de ces transactions à des fins fiscales. Cela signifie que les personnes ayant commandé une pizza ou réservé un trajet avec Uber par l'entremise d’Alexa ne peuvent pas effacer toutes leurs données.

La suppression d’un enregistrement dans lequel l'internaute demande à Alexa de régler une alarme ou de lui rappeler un événement effacera uniquement le fichier sonore de la voix de la personne, et non l’alarme ou le rappel.

L’apprentissage machine au coeur du problème

D’après Brian Huseman, Amazon conserve ces enregistrements et transcriptions afin d’améliorer la précision d’Alexa.

« Alexa est conçue pour devenir plus intelligente chaque jour – cela s’accomplit grâce aux services infonuagiques d’Amazon, incluant les logiciels d’apprentissage machine, écrit M. Huseman. Nos systèmes de reconnaissance vocale et de compréhension du langage naturel utilisent l’apprentissage machine pour s’adapter aux façons de parler et au vocabulaire de la clientèle. »

La lettre de Brian Huseman n’a pas rassuré le sénateur Chris Coons, le motivant plutôt à approfondir son enquête. « Le public américain mérite de comprendre de quelle façon ses données sont utilisées par des entreprises technologiques, et je continuerai de travailler à la fois avec les consommateurs et les entreprises pour trouver comment mieux protéger les informations personnelles des Américains », a indiqué M. Coons dans un communiqué envoyé à CNet.

Voici la lettre intégrale de Brian Huseman adressée à Chris Coons :

Avec les informations de CNet, et Engadget

Intelligence artificielle

Techno